721 789 visites 9 visiteurs

Focus sur la nouvelle recrue, Yann Benedick

6 octobre 2015 - 16:10

Actuellement en Corée du Sud pour défendre le drapeau français lors des 6es Jeux Mondiaux Militaires d’Eté, la nouvelle recrue Yann Benedick, qui à 23 ans revient de loin, est en pleine découverte d'un monde totalement inconnu jusque là. Retour sur sa jeune carrière et ses derniers mois.

Après 10 ans de formation au RC Strasbourg, le jeune homme doit quitter le cocon familial. Son club connaît de graves problèmes financiers avec la relégation en CFA2 et également la fuite de ses jeunes talents à la recherche d’un contrat professionnel.

Pour Yann, ça sera le Stade de Reims où il y signe d'abord pour 3 saisons. 

Sauf que la belle histoire tourne rapidement au cauchemar: « Une semaine seulement après mon arrivée, je me fais les croisés, regrette-t-il. 6 à 8 semaines de rééducation et environ une année pour revenir sur un terrain de football. C’était la galère. » Le Stade de Reims fera son retour en L1 mais malgré ses efforts, il est difficile pour lui de s’imposer. Il part donc en prêt à Strasbourg qui joue la montée en CFA. Un retour aux sources gratifié d’une deuxième partie de saison quasi-parfaite avec 7 buts en 19 rencontres. 

L’aventure se prolonge encore un an, mais Yann se blesse encore une fois rapidement et ceci dès la préparation. C'est reparti pour 2-3 mois de rééducation mais il ne se décourage pas : « La 1ère blessure, je l’ai prise en pleine face, je n’avais que 19 ans, je quittais mes parents, j’avais donc un certain manque de maturité et j’ai eu du mal à m’en remettre, reconnaît-il. La 2e fois, la récupération fut plus rapide. Je savais les erreurs à ne plus commettre. »

La seconde saison est amère. Le staff ne daigne pas lui faire confiance et Yann le ressent alors qu'au préalable, Strasbourg avait fait des promesses…Dans la foulée, il se blesse à nouveau les croisés, ce qui sonnera le glas de son aventure avec son club de cœur et qui lui laisse de nombreux regrets : « Je suis frustré. J’étais un jeune du centre, un pur alsacien. J’ai passé de superbes années dans le club, souligne-t-il. Quand je suis revenu en Alsace, c’était une demande personnelle. J'étais un élément important lors de la montée et ils me font ça ? Ils ont fait pareil pour Guillaume Gauclin (gardien de but). Ils se sont comportés bizarrement» Finalement, il revient à Reims, qui, par chance l’avait prolongé durant son intermède strasbourgeois. « Je les en remercie encore », nous raconte Yann. La saison dernière, il s’entraîne avec les professionnels la semaine et joue avec la réserve (DH) le week-end, l’attaquant ne se pose pas de questions et se donne à fond comme à son habitude. Il joue notamment avec une belle génération de jeunes joueurs avec qui il décrochera la montée en CFA2. Cet été, il a refusé les propositions de l’UNFP FC pour se préparer avec l'USSU. Il est venu pour gagner du temps de jeu, améliorer ses statistiques et surtout aider l'équipe à atteindre ses objectifs. « Nous voulons jouer les 1ers rôles et pourquoi pas réaliser la surprise », rajoute-t-il.

A la mi-septembre, alors que Yann s'entraîne toujours avec le groupe de CFA, il reçoit un coup de fil de la part de Didier Neumann, « au début, je pensais que c’était un canular. J’ai reçu un appel de l’UNFP, la partie sport & reconversion, c’est-à-dire l’Euro Sport Reconversion. J’étais surpris, car je ne connaissais pas trop cette équipe. Seul Julien Outrebon m’en avait parlé, car il faisait partie de l’effectif champion d’Europe en 2014. Ils m’ont appelé le lundi. J’ai rappelé le mardi, j’ai accepté. » Aux côtés de José Saez, Wilfried Dalmat, ou encore Fabrice Abriel, Yann essayera de porter haut les couleurs de la France.

Avant de s’engager en tant que réserviste dans l’armée pour une durée d’1 mois, Yann s’est inscrit au pôle emploi : « C’est très bizarre pour un footeux. Je me suis inscrit à la fin de mon contrat avec Reims, une étape particulière. Des anciens coéquipiers m’avaient déjà expliqué comment ça se passe. On fait avec. » Cette situation, bien que bizarre lorsqu'on bénéficiait d'un contrat pro, lui permet d’intégrer les rangs de l'équipe de France Militaire. Pour renforcer son effectif, le staff contacte des footballeurs en difficulté : « En fait, ils appellent quelques joueurs en renfort sous forme de réserviste. Ce sont souvent des joueurs dans ma situation, c’est-à-dire en fin de contrat, au chômage ou autres, explique-t-il. Après, il y a des mecs comme José Saez ou Fabrice Abriel qui sont en pré-retraite. » Quand nous demandons à Yann si ça lui donne des idées de reconversion, sa réponse est directe : « Non, je ne me vois pas militaire. Nous sommes dans une caserne et je vois le quotidien. C’est beaucoup trop strict pour moi. » Outre les anciens « pros », la sélection s’articule autour de militaires de métier. L’équipe regroupe toutes les armes dont beaucoup de gendarmes et de pompiers. « Ils font du football à côté et cela va de CFA à DH. Le niveau est intéressant », souligne Yann, heureux de cette expérience (La sélection complète).

  

Les français sont loin d’être favoris : alors que Yann nous disait qu'ils « aurons un rôle d’outsider voir de petit poucet et qu'il ne peut pas s'avancer, ne sachant pas comment ça va se passer. », les français ont essuyé 3 défaites consécutives sur le même score d'1-0 face au Qatar, la Corée du Sud et l'Algérie.

L'USSU attend le retour de son nouvel élément pour venir épauler Jean Philippe Djé à la pointe de l'attaque sarreunnionaise. Nul doute que ce duo constituera un atout de poids pour, dans un premier temps extirper l'équipe de la zone de relégation, avant de pourquoi pas, viser les sommets du championnat.

 

 

 

Source & Crédit Photo: Racingstub, Jeunesfooteux et Outsider-mag.

Commentaires

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 7 Dirigeants
  • 2 Arbitres
  • 5 Joueurs
  • 76 Supporters