834 170 visites 11 visiteurs

Simsek, le Monsieur coupe de France

13 novembre 2015 - 12:41

Malgré son jeune âge (23 ans), Feyzullah Simsek est LE spécialiste de la Coupe de France. Lors des cinq dernières saisons, le milieu de terrain de Sarre-Union a atteint quatre fois les 32es de finale au minimum. Et il a une bonne excuse pour la cinquième.

Pour Feyzullah Simsek, le football senior avait vraiment commencé ce jour de novembre 2011, le 20 pour être précis. « C’était ma première titularisation avec Jarville, Alain Rigole m’avait fait ce cadeau. Et puis, c’était le club où j’ai tout appris, très familial en plus. »

« Zerbini rigole, mais je crois que son rire reste un peu jaune »

Ce jour-là donc, son club se déplaçait sur… la verte pelouse du stadium de Colmar. Où l’attendaient Jérémy Grimm, Thomas Zerbini et consorts. Et lui jouait à côté de son cousin, Eren.

« Les SRC évoluaient en National, nous en CFA2. Et on les a tapés, se réjouit encore aujourd’hui le milieu de terrain. J’en parle de temps en temps à Thomas pour le taquiner. Il rigole, mais je crois que son rire reste un peu jaune. »

Après avoir ensuite éliminé Dijon (L2) au 8e tour, les Lorrains du président “Peppone” (traduire Isaac Niego) ne s’inclineront qu’en 32es de finale face à Sedan, autre membre de Ligue 2 (0-1).

Et ce parcours a valu à Feyzullah Simsek une entrée au centre de formation de l’AS Nancy-Lorraine. Ce qui explique aussi pourquoi il n’a pas réalisé le grand chelem ces cinq dernières saisons. Et aussi son amour quelque peu immodéré pour cette compétition.

« Je suis bien placé pour savoir qu’elle peut te révéler, elle peut te permettre de t’emmener plus haut. C’est vrai que pour moi, la Coupe de France a une saveur particulière. Elle a un côté magique. À partir du cinquième ou sixième tour, je suis dedans à fond. Et puis, on rêve tous au moment du tirage. »

Donc, après son passage à l’ASNL, uniquement marqué par une vilaine blessure, il reprendra sa route de footballeur amateur. Elle le mènera à Raon-l’Étape en CFA (voir aussi ci-dessous). Et vers d’autres aventures en Coupe de France.

Battus aux tirs au but par le futur vainqueur

« La première saison, on bat Amnéville puis Istres (L2) en 16es de finale, avant de perdre aux tirs au but contre Bordeaux. On menait 2-1 à cinq minutes de la fin de la prolongation. Moi, j’avais les nerfs, j’étais dans les tribunes à trépigner. Je m’étais blessé à un genou quelques jours auparavant. J’avais quand même essayé de m’entraîner, mais je ne tenais pas debout. Et j’avais dû renoncer. »

Il raconte qu’il avait alors découvert un autre monde, « fait de caméras à tous les entraînements, de sollicitations diverses et variées, de folie douce des supporteurs », sauf que les Bordelais, vainqueurs de cette édition 2012/2013, n’inviteront pas les Vosgiens au stade de France. « Ils nous avaient déjà oubliés, je crois. »

L’heure de la revanche aurait pu sonner quelques mois plus tard, les Raonnais recevant encore Bordeaux, mais en 32esde finale cette fois. « Et là, je jouais. Au tirage, je rêvais d’accueillir le Paris SG. Mais Bordeaux, ça m’allait quand même. »

Avec Amara Keita comme coéquipier, qui l’a rejoint à Sarre-Union, mais sans Jean-Philippe Djé, déjà parti… à Sarre-Union, il s’inclinera de justesse sur un but contre son camp de Ba à la 87e.

« J’étais tellement déçu que je n’ai même pas pensé à échanger mon maillot avec un Bordelais. J’avais filé le plus vite possible au vestiaire. Mais c’est devenu un très bon souvenir. »

La saison passée enfin, il était à l’infirmerie quand Sarre-Union était allé se faire battre à Boulogne-sur-Mer après un match spectaculaire (5-4).

Le beurre et l’argent du beurre

« Aujourd’hui, on s’apprête à aller à Magny. Je ne suis pas inquiet, on ne va pas les prendre de haut. Il faudra être très sérieux et ça se passera bien. »

Et lui, il rêve à nouveau de se comparer au Paris SG. « On en est tous là quand l’heure du tirage arrive. Il n’y a qu’une personne qui ne pense pas comme nous, c’est le trésorier. Lui veut tirer le plus petit possible pour aller le plus loin possible. Et prendre l’argent. Je suis assez d’accord de remplir les caisses du club. Mais aller loin en Coupe de France sans jamais taper un gros, ça n’a pas le même charme. »

Et lui, Feyzullah Simsek espère bien l’argent et l’argent du beurre, surtout le beurre d’ailleurs. Surtout pas de régime sec…

 

 

Source DNA.fr

Commentaires

La journée 17 se termine dans

La journée 17 est terminée

National 3, Régional 2, Coupe de France et Coupe d'Alsace.

Aperçu des matchs à pronostiquer

Fc Lunéville
USSU
Fc St Etienne Soulz
USSU 2

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 2 Présidents
  • 7 Dirigeants
  • 2 Arbitres
  • 5 Joueurs
  • 91 Supporters