809 457 visites 4 visiteurs

Quand Une Becker peut en cacher un autre...

25 novembre 2015 - 13:14

Elle est l’épouse d’Éric Becker, l’entraîneur de Sarre-Union. Mais Isabelle Becker est plus que ça : déléguée et assistante de l’équipe de CFA, elle a été joueuse, arbitre, éducatrice, soigneuse. Passionnée et autant passionnante.

Quand elle n’est pas là, on le sait généralement très vite. À l’approche du début d’un match, Isabelle Becker court toujours d’un endroit à un autre « avec le besoin d’être utile et de rendre service » comme dans sa vie quotidienne. « Je suis assistante maternelle, et j’adore ça. »

«J’ai besoin de vivre l’avant et l’après-match, de partager des moments forts»

Elle dit partager sa vie «entre des Schtroumpfs» à surveiller et éduquer et des ballons à surveiller et dompter. « Je ne peux me passer ni des uns ni des autres. Si on m’enlève l’un ou l’autre, je peux mourir demain », raconte celle qui a eu cinq enfants avant de s’occuper de ceux des autres avec le même instinct, forcément et éternellement maternelle.

« Quoi que je fasse, c’est l’humain qui m’intéresse. Dans mon métier, comme dans ma passion, c’est pareil. Au foot, je ne peux pas être simplement un gratte-papier. J’ai besoin de vivre l’avant et l’après-match, de partager des moments forts. Comme une autre famille », souligne Isabelle Becker, à peine sortie d’une expérience «de six années extraordinaires» à Reipertswiller, auprès du clan Riffel. « J’ai versé beaucoup de larmes le dernier jour. »

Alors, on la voit préparer des boissons énergétiques, chauffer des cafés, concocter des pâtes de fruits, apporter un morceau de sucre à un joueur, s’occuper de la feuille de match et du contrôle des licences, sans oublier de placer les zones d’échauffement, « mettre un plot ici et là », etc..

En fait, elle se sent bien au bord d’une pelouse « à être là pour les joueurs, pour leur rendre service et les rassurer ». Et elle se sent mal quand elle est tenue de s’en éloigner.

D’ailleurs très récemment, après une opération délicate, elle avait dû laisser ses footballeurs voyager « trop seuls » à Magny, pas loin de Metz. C’était en Coupe de France.

« Depuis mon lit d’hôpital, ils ont quand même dû m’entendre. Je suis allée dans les basses, sourit Isabelle Becker. Je devais avoir 50 de tension. Jonathan (Bauer) , le kiné, devait m’envoyer des SMS pour me tenir au courant. Je n’en recevais pas, j’étais inquiète. »

Heureusement, Yann Benedick marquera finalement le seul but de la rencontre, son mari d’entraîneur (Éric donc) l’appellera presque dans la foulée.

Une passion d’abord vécue en cachette

« Il m’a dit que Yann et tous les joueurs m’avaient dédié ce but. J’en avais chialé au téléphone. Voilà pourquoi j’aime aussi le football. Il est fait de ce genre de moments, comme lorsqu’un jour, à Sarreguemines, on s’était tous retrouvés à déneiger notre terrain le matin d’un match de Coupe de France face au Paris FC. »

Les Mosellans ne seront pas récompensés de leurs efforts, éliminés.

Un autre jour, alors qu’elle s’empressait de venir soigner un joueur de Reipertswiller, un adversaire l’avait malencontreusement percutée. «J’en avais été quitte pour une double fracture du tibia », se souvient-elle avec quelque douleur.

Tout doucement, elle se raconte et raconte surtout sa passion pour le ballon rond, née à Sarreinsming, tout près de Sarreguemines.

« J’étais la seule de la famille à adorer ça. Un de mes frères a essayé, il a tout arrêté au bout d’un mois. Au début, j’allais même jouer en cachette avec les garçons du village. Ma mère n’a appris que j’étais footballeuse que le jour où elle avait dû m’emmener à l’hôpital pour me faire remettre en place ma clavicule. »

Elle sera donc joueuse à Petit-Rederching, « gardienne de but, milieu de terrain et surtout ailière sur le côté droit », malgré une époque où être une footballeuse était d’abord et surtout une anomalie.

« J’avais même dû arrêter, n’ayant plus de club spécifiquement féminin. »

Pour continuer à suivre un ballon des yeux, elle avait dû devenir arbitre, l’espace de trois matches… et d’une révélation forcément amusée.

« Je n’étais pas faite pour siffler un ballon, mais pour courir derrière. »

Alors, elle a recouru derrière un ballon, à Herbitzheim ou à Sarreguemines. A aussi passé ses diplômes d’éducateur (trice), s’est occupée d’U11 et d’U15, a fini par rencontrer Éric Becker en 2009 à Sarreguemines « au club de football forcément », l’épousant en 2011 quand ils étaient à Reipertswiller.

« Je n’étais pas faite pour siffler un ballon, mais pour courir derrière»

« Elle me donne parfois son ressenti sur les entraînements ou sur les matches, elle me fait réfléchir », dit ce dernier. « En dernier ressort, c’est tout de même lui qui décide des choses, dit-elle. Mais il est très ouvert aux mots des autres, de ses adjoints, Mario (Brossi) et Roland (Christmann) notamment. »

Elle dit qu’elle vit très bien les victoires, elle précise qu’elle vit « très mal les revers », comme celui de samedi face à Villefranche, mais qu’elle est prête à couler « quand le bateau coule » et à surtout à l’aider à flotter mieux.

« Je sais qu’Éric se remet beaucoup en question. Je fais la même chose. On parle énormément de foot à la maison. Je ne grogne qu’une fois, c’est quand il me met un match à la télé le dimanche soir. On peut quand même avoir une vie de famille », éclate d’un joli rire Isabelle Becker.

Donc, on verra encore souvent Éric et Isabelle partager le même banc de touche, à regarder un ballon voyager sur une pelouse. « Là, on fait la part des choses. On n’est plus mariés, juste passionnés de foot », promettent les deux.

Il n’empêche. En cas de succès, le couple s’autorise une exception. Un petit bisou discret, furtif même. De l’assistante aimant materner.

 

Source DNA.fr

Commentaires

La journée 13 se termine dans

La journée 13 est terminée

National 3, Régional 2, Coupe de France et Coupe d'Alsace.

Aperçu des matchs à pronostiquer

Strasbourg 2
USSU
Ussu 2
Ernolsheim s/ Bruche

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 1 Président
  • 7 Dirigeants
  • 2 Arbitres
  • 5 Joueurs
  • 90 Supporters