684 334 visites 10 visiteurs

Du côté de Schirrhein (4)...

4 décembre 2015 - 12:22

La famille Courdavault est doublement présente au club de Schirrhein. Sur la pelouse avec Florian (l’un des derniers rescapés de la saga de 2008/09) qui anime le front offensif et en dehors avec son grand frère Cyrille devenu le photographe officiel de l’équipe.

Pas besoin de longues heures pour se rendre compte que ces deux-là sont des frères, au lien très fort et qu’ils se vouent une admiration commune. Cyrille (33 ans) et Florian (29) forment un duo incontournable à Schirrhein. Passionnés de foot, ils ont joué ensemble sous le maillot de Beinheim. Leur dernier match ensemble, c’était en 2005.

Après cette saison-là, Florian a rejoint Schirrhein alors que Cyrille, attaquant lui aussi, terminera sa carrière à Hoffen. Son petit frère jouera jusqu’en Excellence, lui se contente de la Division 2.

Il gagne un appareil photo à la fête de Noël de son entreprise

Lors de la saison 2008/09, qui amènera les « Forestiers » jusqu’en 32es de finale de la Coupe de France, Florian est l’un des jeunes joueurs de l’équipe. Cyrille fait partie des suiveurs et ne rate pas une rencontre.

En 2014, tout bascule (si l’on peut dire) pour Cyrille qui s’offre une splendide gamelle à vélo du côté de Soultz-sous-Forêts. Son genou est pulvérisé, le foot est terminé.

La même année, il gagne un appareil photo à la fête de Noël de son entreprise. Le voilà en possession d’un reflex numérique, modèle Canon eos 110d. « Je n’avais jamais fait de photo auparavant, ni eu un appareil comme ça dans les mains », sourit-il.

Alors, il se lance et qui comme meilleur modèle que son frère ? « J’ai tout appris sur le tas. Je demande conseil à des professionnels. Je prends des photos des matches, je cherche à anticiper les mouvements des joueurs et à progresser pour éviter les photos floues. » À Réding (7e tour de la Coupe de France), il a pris 650 clichés, une vingtaine ont été exploitées.

« Il aime aussi photographier le stock-car et le trial 4x4 », glisse Florian que l’on devine ravi d’être au centre des attentions iconographiques de son frangin. Ce dernier lui a même dédié une page Facebook où les photos de « Courdagol » sont déposées par dizaines.

« Si je marque un but, je lui envoie un petit signe »

On ne sait pas si le goût pour l’image est une marque de fabrique chez les Courdavault car, en 2008/09, Florian, armé du caméscope de sa mère, avait filmé l’épopée de Schirrhein, depuis le match à Creutzwald jusqu’aux 32es face à Toulouse.

Voyages en bus, ambiance, causeries, 3e mi-temps… il avait compilé près de 9 heures d’images qu’il se proposait de monter pour faire un DVD-souvenir. Mais faute de temps et de moyens, ces images sont stockées et dorment. « Il faut du matos pour le montage… », grimace Florian. « T’inquiètes, tout est sauvegardé sur mon ordi », le rassure Cyrille.

Ce dimanche, les deux frères auront deux défis à relever. Florian et ses coéquipiers tenteront de gommer les trois divisions d’écart avec Sarre-Union.

Cyrille, au bord du terrain, cherchera les bons réglages de luminosité, de focale et de vitesse. Il se placera certainement derrière le but adverse pour être dans le sens des attaquants schirrheinois. Il dit aussi qu’il n’aime pas les photos « quand il fait nuit » et que se placer sur le côté du terrain doit aussi être un endroit intéressant pour mitrailler.

« Je sais où il est placé, dit Florian. Si je marque un but, je lui envoie un petit signe. Je suis vraiment content de cette passion qu’il a. Très fier aussi qu’il soit avec nous et qu’il se fasse plaisir. »

Les autres joueurs de l’équipe ont embrayé et ils sont nombreux à vouloir recevoir des photos d’eux en action. Alors, dans un grand sourire, « Passepartout », « Gremlins » ou « Paparazzi », les différents surnoms de Cyrille, s’exécute, découvrant à cette occasion un autre aspect de la photo : décharger la carte-mémoire, éditer les clichés, les trier et les exploiter.

« La boule au ventre »

Et puisqu’il est encore footballeur dans l’âme et dans sa chair, Cyrille admet avoir « la boule au ventre » quand un match démarre. « Je stresse, je pense à Florian », dit-il.

À Réding, dans les dix dernières minutes, quand Schirrhein, réduit à dix, tient sa victoire et joue la montre, il hérite du ballon et le relance machinalement. « Je me suis fait engueuler par Johny » (Roecklin, l’entraîneur) , rigole-t-il.

Nerveux et crispé, Cyrille le sera de nouveau dimanche au 8etour. Mais très vite, le nez collé à son nouveau joujou, il photographiera son frère et ses coéquipiers.

Sur la pelouse, Florian sera milieu ou attaquant. Sa mission sera de conduire le jeu et d’être le grand frère pour ses jeunes partenaires. À chacun son objectif.

 

Source DNA.fr

Commentaires

PARTENAIRE DE LA SEMAINE

            

            

Retrouvez les coordonnées de notre partenaire en cliquant sur l'image.

CFA2, Excellence, coupe de France et coupe d'Alsace