807 942 visites 7 visiteurs

HISTORIQUE !!!

4 janvier 2016 - 10:26

Samedi, sur le pré de Villefranche, on a eu droit à un vrai match de Coupe de France. Sarre-Union a brillé, puis reculé sans sombrer. Pour la première fois de son histoire, l’USSU disputera un 16e de finale.

Au coup de sifflet final, Éric Becker s’est juste effondré à genoux devant son banc de touche. Un coup de bonheur physique autant que de fatigue nerveuse.

« C’est juste énorme. La fin a été très longue, raconte l’entraîneur bas-rhinois. On est rentré dans le match avec de la rigueur, de l’envie et tous les ingrédients nécessaires pour s’imposer. Puis, sur une pelouse difficile, on s’est fatigué. Mais on a résisté avec la tête, au mental. »

« Cette qualification, on la devait aussi à nos supporters »

Après avoir repris son souffle, dit que son équipe avait gagné à 21 (joueurs), il termine avec élégance par une pirouette. « Cette qualification, on la devait aussi à nos supporters. On leur offre un joli retour en bus en Alsace, sûrement très arrosé même. »

On file sur la pelouse, là où ses joueurs avaient envie de gommer une fin d’année plutôt tristounette, comme ce ciel gris au-dessus de Villefranche, qui hésitait à lâcher ses larmes.

Et puis, il y a eu cette entame de match un poil hésitante, juste cinq minutes de flottement avant de mettre le bleu de chauffe, teinté de jaune hier en fin d’après-midi.

Et puis, on a vu Thomas Zerbini et ses coéquipiers montrer de plus en plus d’appétit, mordre dans chacun des duels proposés. Sur ce centre de Benchenane, Djé est devancé de justesse par Antoinat (6e ).

On a ensuite vu Hayef tenter sa chance, le ballon ne filant pas loin du poteau droit de Philippon (10e ). Alors, personne n’a vraiment été surpris quand, après cette récupération de balle vivifiante de Zerbini, Benedick a servi Benchenane pour le 0-1. Ce dernier, d’un coup de patte croisé et précis, ouvre le score proprement (12e ).

La réaction des Caladois ? Timide, timide… à l’image de leur public éteint par l’enthousiasme des quelque 200 supporters accourus du Bas-Rhin.

Nando Nganbe la joue ainsi maladroitement sur cette balle de Bah, laissant Simsek clarifier sereinement la situation (19e ). Mais le jaune sarre-unionnais est un bon ton au-dessus. Les joueurs d’Éric Becker récitent leur partition, sans poser de fausse note.

Hayef, intenable, obtient un coup franc à la limite de la surface, Zerbini permet au ballon de tutoyer la barre transversale (27e ).

Onze minutes plus loin, le même Hayef récupère une balle, se relève vite et l’offre à Benedick. L’attaquant file seul au but, pour la piquer au-dessus de Philippon (0-2).

Juste après le quart d’heure de repos réglementaire, Djé accélère si vite sur le côté droit qu’il dépose Soudain et Barthomeuf en cours de route. Mais son tir échoue sur le pied gauche de Philippon, bien inspiré sur ce coup (49e ).

Les Caladois finissent quand même par s’énerver. Le coup franc d’Atlan est détourné par le mur jaune (55e ). Sur ce corner de Dedola, la reprise (plat du pied) de Badin est balayée par l’infranchissable Zerbini, replié sur sa ligne de but (56e ). Quant à la tête de Bah, consécutive à ce centre de Dumas, elle manque singulièrement de direction (59e ).

Malgré la fraîcheur ambiante, l’atmosphère en devient presque étouffante

Mais, pressé par Bulur sur ce centre soudain de Soudain, c’est l’exemplaire Zerbini qui réduit le score de manière malheureuse (1-2, 74e ).

Sur un terrain de plus en plus usé, les Sarre-Unionnais subissent de plus en plus, plient sans rompre, « un vrai match de Coupe », comme l’éternuera presque un Éric Becker, pris par l’émotion. Malgré la fraîcheur ambiante, l’atmosphère en devient presque étouffante.

Pourtant, sur deux contres, Benchenane (77e) et Moreira (90e ) sont tout près d’envoyer définitivement leur équipe au paradis, la frappe du deuxième étant repoussée par le pied droit de Philippon.

Et parce qu’il a été sécurisant tout au long de la rencontre, il revient à Ozcan de bloquer ce coup de tête d’Antoinat (90e +2), puis de repousser on ne sait comment en corner ce tir d’on ne sait plus qui. « Ce n’est que du bonheur, soufflera Thomas Zerbini. C’est énorme. Les deux équipes se sont mis le cul par terre, et on s’est tous serrés la main à la fin. C’est un match de Coupe comme je les aime. »

Lui et ses coéquipiers ont bien mérité de prendre place sur leur canapé lundi soir, en attendant le tirage au sort des 16es de finale. Et prendre surtout le temps de savourer et de rêver jusque-là…

 

Source DNA.fr

Commentaires

La journée 12 se termine dans

La journée 12 est terminée

National 3, Régional 2, Coupe de France et Coupe d'Alsace.

Aperçu des matchs à pronostiquer

Ussu 2
Soultz s/ Fôret

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 1 Président
  • 7 Dirigeants
  • 2 Arbitres
  • 5 Joueurs
  • 90 Supporters