681 490 visites 13 visiteurs

Docteur CFA et Mister Coupe de France

13 janvier 2016 - 12:41

Euphoriques en Coupe de France, les Sarre-Unionnais n’y arrivent toujours pas en championnat, où ils restent sur cinq rencontres sans succès dont quatre défaites. Il va falloir se retrousser les manches.

Au 36e dessous avant le 16e

Samedi soir, on n’a pas longtemps traîné dans les vestiaires du stade Omnisports de Sarre-Union. On n’avait pas plus envie de parler, Éric Becker trouvant avec difficulté des mots qu’il cherchait pourtant avec sa bonne volonté et sa disponibilité habituelles.

L’entraîneur de l’US Sarre-Union ne répétant finalement en boucle que quelques bouts de phrase. « Je suis déçu, très très très déçu même. Je ne comprends pas ce qu’il s’est passé. Je ne sais pas. »

Keita : « On était un ton en dessous sur tous les plans »

Effectivement, on a du mal à expliquer le parcours de son équipe. Brillante, appliquée et courageuse à Villefranche quand il s’était agi d’aller chercher une qualification historique pour les 16es de finale de la Coupe de France à Villefranche, trop vite résignée quand elle foule les pelouses de CFA.

Vite menée 0-2 par une très belle équipe de Drancy (il ne faudrait pas l’oublier), elle n’a espéré revenir dans le match qu’une petite dizaine de minutes après la réduction du score de Lahcen Belktati.

« On était un ton en dessous sur tous les plans par rapport à Drancy : athlétiquement, techniquement, tactiquement, reconnaissait le lendemain matin Amara Keita, l’un des défenseurs centraux. C’est frustrant et énervant. »

Après le but du 1-2, on n’a pas senti de véritable rébellion, là où la situation comptable l’exigeait pourtant. On n’a pas senti ce souffle collectif si omniprésent qu’il en était presque audible depuis les tribunes de Villefranche une semaine plus tôt.

Bien sûr, ce match, calé entre deux tours de Coupe de France, était délicat à gérer. Certains craignaient peut-être la blessure qui les éliminerait du match de Coupe de France, d’où un engagement moindre dans les duels.

Et si Jean-Philippe Djé savait déjà qu’il serait suspendu pour le match face à Niort, Yann Schneider le serait devenu en cas d’avertissement face à Drancy. Sans parler d’une expulsion possible d’un de ses coéquipiers, synonyme elle aussi de suspension automatique face à Niort.

« Comme d’habitude, je suis persuadé que le match du samedi résume le travail de notre semaine, estime de son côté le capitaine de l’USSU, qui concède honnêtement avoir eu un peu de retenue. J’avais prévenu de cette situation. Je ne voulais pas rater le match de Coupe de France. C’est à tout le monde de se poser les bonnes questions. Mais je sais que la préparation du match de Niort sera complètement différente, que le contexte sera autre. »

Samedi a été un faux pas collectif, mais sûrement pas, loin de là, un match totalement raté, complètement sacrifié.

Mais si cette défaite est humainement compréhensible, elle est sportivement difficilement acceptable, surtout quand on lutte pour son maintien.

Et qu’on se rendra sur la pelouse de la réserve sochalienne quelques jours après le match de Niort avant deux matches très compliqués face à des cadors (Chasselay et Grenoble).

Mathématiquement, alors que Sarre-Union n’a pas encore disputé la moitié de ses rencontres, rien n’est figé.

L’USSU est certes relégable avec sa 15e place actuelle, mais elle ne compte que six points de retard sur Saint-Louis/Neuweg, le 10e , avec un match de plus à disputer.

Des points, vite !

Tout en rappelant que les coéquipiers de Yann Schneider ont l’habitude (toutefois fâcheuse) de se trouver au fond de la classe à ce moment de la saison. « Nous ne sommes pas en confiance après un tel match, mais je ne suis pas inquiet, reprend le capitaine de route sarre-unionnais. Je nous sais capables de battre n’importe qui. Mais il faudra le démontrer sur le terrain, en actes. »

En attendant, la Coupe de France et la venue de Niort (L2) peuvent désormais occuper tous les esprits. Dix jours de trêve pour préparer une belle fête, c’est bon à prendre. Et même si l’USSU en manque singulièrement en CFA, on s’accordera au moins sur ce… point.

Source DNA.fr

Commentaires

PARTENAIRE DE LA SEMAINE

            

            

Retrouvez les coordonnées de notre partenaire en cliquant sur l'image.

CFA2, Excellence, coupe de France et coupe d'Alsace