752 277 visites 3 visiteurs

Son et lumière: Dominique Weinstein

19 janvier 2016 - 08:41

Sur le site web de l’USSU, dans l’onglet “Dirigeants”, Dominique Weinstein (48 ans) est décrite comme “accompagnateur”. Une telle formule est un peu sommaire tant son implication dans le club est importante, ses missions précises et sa façon de faire tonique.

Dominique Weinstein est l’épouse de Laurent, président de l’US Sarre-Union. Tout pourrait s’arrêter là mais non. « Comme dirait mon mari : derrière chaque grand homme se cache une femme », lance-t-elle en éclatant d’un rire généreux et sonore. Car, bien souvent, on l’entend avant de la voir.

Présidente de la commission des jeunes, secrétaire adjointe, co-dirigeante de l’équipe “deux”, responsable du matériel : voilà les domaines dans lesquels elle intervient.

« Il faut savoir bien recevoir les gens »

Mais dans la réalité, son rayon d’action est beaucoup plus développé. Et elle emballe tous ces faits et gestes dans une sorte de joyeux ouragan vocal face auquel le néophyte peut sembler perdu.

Si c’est le cas, il ne le restera pas longtemps. Car quand “Dom” vous adopte, vous faites partie des siens, de ses protégés.

Elle se mettra en quatre, offrira un café ou un verre de vin chaud, donnera une chasuble et n’hésitera pas à régler la circulation sur un boulevard de Villefranche-sur-Saône pour faciliter la manœuvre d’une voiture de supporters de l’USSU.

« Il faut savoir bien recevoir les gens, sourit-elle. Il faut un minimum de savoir-vivre. J’ai quasiment toujours le sourire. Je me sens à l’aise dans ces multiples fonctions. C’est un plaisir, surtout si tu es soutenu. Avec les gens qui m’entourent, je sais que je ne peux pas vieillir ! »

« Parfois, je ne vois même pas le match »

En 2009, elle accompagnait son fiston Vincent qui joue à l’USSU. À peine un an plus tard, elle est à la tête de la section des jeunes. « J’ai douze éducateurs qui font un travail formidable. On se voit, on s’écrit. Ils peuvent m’appeler de 6h du matin à 22h. Ou alors, ils viennent à la maison. Je sais que je peux compter sur eux. »

Et puis il y a l’équipe “deux” (Excellence) entraînée par Charles Gachenot. « Je suis déléguée avec Roland Muhlmann. Sur le banc de touche, je sors le café, les biscuits ou la glace. J’en propose à l’arbitre, je discute avec les joueurs. C’est vivant, il y a toujours de l’ambiance et on rigole bien. Parfois, je ne vois même pas le match… »

« Je suis un peu leur maman, admet-elle. Quand on vérifie les licences, je dis à l’arbitre qu’untel a son anniversaire ou je donne son surnom. Les joueurs me tutoient, ils m’appellent “Maya l’abeille” si j’ai une robe jaune et des chaussures noires ou “Maman Ourse” si j’ai une robe en peluche (sic). »

« Je ne suis jamais en survêtement »

Question allure, Dominique Weinstein met un point d’honneur à être parfaite. « Je ne suis jamais en survêtement », claironne-t-elle. Si on peut relever une faute de goût lors du match à Villefranche entre le bonnet noir de l’USSU et le reste de sa tenue, elle est sur son 31 en permanence.

« Je pourrais écrire une encyclopédie »

Donner une bonne image du club est essentiel pour cette vendeuse en électroménager et meubles. En championnat, elle s’occupe aussi de l’accueil des arbitres et des délégués. « Je les accueille et je mange avec eux après le match. » À la mi-temps, ce sont les VIP de l’USSU qu’elle rejoint. Toujours dans la joie et la bonne humeur.

Jamais avare d’une remarque ou d’une blague, elle s’efforce de mettre tout le monde à l’aise. Aux gens du club de Drancy, elle dit vouloir les inviter au Stade de France pour la finale de la Coupe de France.

L’an passé à Boulogne-sur-Mer, trempée jusqu’aux os, elle était au milieu des supporters alsaciens pour ce 5-4 mémorable. « Il se passe toujours quelque chose pendant un match, je pourrais écrire une encyclopédie ! »

« Mardi soir, je vois une victoire 2-0 contre Niort, lance-t-elle. Si on gagne, on va d’abord pleurer, puis on va rire et le lendemain, on va réaliser. »

C’est toujours à J+1 qu’elle parle du match de la veille avec son époux. « Femme du président, ça aussi c’est du boulot, dit-elle. Quand tout va bien, tout le monde est derrière lui, mais quand ça va mal… »

Dans ces cas-là, “Dom” est présente et active. En mode son et lumière naturellement.

 

Source DNA.fr

Commentaires

National 3, Régional 2, Coupe de France et Coupe d'Alsace.

Derniers inscrits au concours

Stéphane eyler
Inscrit depuis le 19/08/17
Benoit Raymond
Inscrit depuis le 19/08/17
Rémy Schmidt
Inscrit depuis le 18/08/17

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 1 Président
  • 7 Dirigeants
  • 2 Arbitres
  • 5 Joueurs
  • 81 Supporters