571 455 visites 10 visiteurs

Retour sur la qualification historique en CdF

20 janvier 2016 - 17:10

Quand Vianney Schermann, lancé par Adel Benchenane, s’est échappé, pour tromper Allagbé, ce sont cinq mille bras qui ont enlacé le gamin d’Hommert, celui qui a grandi pas loin de Sarre-Union, mais ici ballon au pied depuis la DH jusqu’à ce 19 janvier 2016 désormais historique.

« On n’avait même pas osé demander ça comme cadeau au Père Noël »

Et Dieu que c’était bon et si mérité. On jouait la 90e et plus personne n’avait envie de grelotter (à part peut-être les Niortais) parce qu’on était à moins six degrés.

« Quand Vianney a marqué, j’étais fou comme un gamin de huit ans, je sautais partout, dira Éric Becker, du haut de ses 51 ans. Et quand l’arbitre a sifflé la fin de la rencontre, je n’en avais plus que six. Je rêvais d’un but à la 90e , on l’a fait. »

Donc, on a à peine envie de vous raconter la rencontre, parce que comme ce bon président (Laurent) Weinstein le criait presque à son issue, « on n’avait même pas osé demander ça comme cadeau au Père Noël ».

On file quand même sur la pelouse où les joueurs d’Éric Becker ont mordu dans la balle comme jamais, ont fait perdre leur football à des Niortais amorphes, patinant même sur une pelouse pourtant rendue impeccable et souple par des bénévoles extraordinaires. « Il fallait leur rendre ça, dira Vianney Schermann les yeux humides, le regard haut. Ils se battent pour nous, on se dépense pour eux. »

On a finalement juste eu peur que les occasions ratées, celles de Schermann (2e , 41e ) ou de Benedick (19e , 22e ) et de Benchenane (56e ) notamment, gâchent le plaisir d’un public vite devenu enthousiaste.

Et puis, on s’est rassuré comme on peut parce que les coéquipiers de Yann Schneider ont fait étalage de qualités mentales énormes. Comme lorsque Moreira va se fracasser sur le poteau droit pour repousser cette frappe de Bouardja (58e ). C’était dans la foulée de ce premier sauvetage de ce diable bondissant qu’est Ozcan.

« Je n’ai pas envie de ressortir un de mes joueurs, ils ont tous été énormes, reprendra Éric Becker. On fait partie des seize dernières équipes d’une compétition qui en comptait plus de sept mille au départ. »

Les envolées d’Ozcan

Mais on va quand même reparler du “petit” grand gardien de but de Sarre-Union (176 centimètres montés sur ressorts), puisque ce sont ses mains qui resteront fermes sur ce coup franc (dévié) de Bouardja, puis sur la reprise de Selemani qui suit (33e ).

Et comme le gamin a la chance de son jeune talent, c’est beaucoup son poteau droit (et un peu sa main) qui fait boum quand Dona Ndoh a la bonne idée de manquer d’adresse, à cette déjà très fameuse 58e. Mais quand il saura se détendre sur cette frappe de Koné, c’est en fait tout le public qui se détendra (87e ).

Il nous faudrait vous parler aussi des autres, de tous les autres, des jambes infatigables de Zerbini, de l’aisance de Benchenane ou d’Hayef, de l’activité de Mounass, juste débarqué il y a une semaine, après six mois d’inactivité ou presque. « Je ne sais pas quoi vous dire. Je passe de rien à un huitième de finale de la Coupe de France. C’est juste magique et magnifique. Irréel… »

On pourrait vous parler de Yann Schneider et de ce brassard qu’il mériterait de se greffer sur la peau, d’Amara Keita et de ses allures de matador et de Fabien Lippmann, qui a croqué avec appétit dans son couloir droit.

On a envie de parler de tout et de rien, de cette Coupe de France qui rend fou tous ceux qui y ont goûté parce qu’ils ont osé. Et les Sarre-Unionnais ont plus qu’osé hier soir. Renvoyant les Niortais groggy dans leur coin de vestiaire.

« Des étoiles plein les yeux »

Et puis, on a envie de reparler de Vianney Schermann, le plus beau des “soldats” de Sarre-Union, parce que le plus ancien de la maison, le plus têtu, le plus grognon, le plus tout, quoi !

« Il nous a mis des étoiles plein les yeux », soufflera encore Éric Becker. Il n’y a que des magiciens qui sont capables de ça. De jouer des tours, des tours et des tours. Parfois de passe-passe. À vous illuminer de bonheur…

 

Source DNA.fr

Commentaires

Michaël Schubert 20 janvier 2016 21:10
Joueur

En tant que footballeur amateur à un petit échelon, quel plaisir de voir ce genre de choses arriver. Vous avez été énormes et avez montré que le football, ce n'est pas seulement de l'argent et des moyens colossaux. Le football c'est également de la générosité, de l'envie et surtout une passion qui nous pousse à aller chercher au plus profond de nous-même ! Chapeau bas messieurs, félicitations à tout le monde et bonne chance pour le championnat !

Staff
David VAGNER
David VAGNER 20 janvier 2016 19:58

UN GRAND BRAVO ! CHAPEAU !!!

PARTENAIRE DE LA SEMAINE

            

            

Retrouvez les coordonnées de notre partenaire en cliquant sur l'image.

La journée 29 se termine dans

La journée 29 est terminée

CFA2, Excellence, coupe de France et coupe d'Alsace

Aperçu des matchs à pronostiquer

Pagny S/ Moselle
USSU
Ussu 2
Geispolsheim