721 882 visites 7 visiteurs

Les indiscrétions du jour

8 février 2016 - 14:55

Les clubs d’Alsace Bossue unis derrière Sarre-Union

Même s’il y a eu par le passé quelques petits différends entre les différents clubs d’Alsace Bossue, les joueurs et dirigeants du football local affichent aujourd’hui une belle unité derrière le club phare du secteur. Et ils seront nombreux à se rendre au stade mercredi pour soutenir les joueurs de l’US Sarre-Union.

ASI Avenir, Weyer, Rehthal, Herbitzheim, Sarrewerden… les clubs d’Alsace Bossue vont pousser mercredi soir derrière l’US Sarre-Union dans l’espoir d’assister à un nouvel exploit contre Lorient après l’élimination de Niort le 19 janvier dernier.

Mercredi soir, en marge de leur entraînement sur le terrain stabilisé d’Adamswiller, quelques joueurs et les entraîneurs du club qui côtoie la réserve sarre-unionnaise en championnat ont donné leur vision autour de cette belle aventure que vit l’USSU.

« Ce genre de matchs qui offre la possibilité de jouer face à des pros, c’est le summum pour un amateur »

Charles Stutzmann, entraîneur de l’équipe 2 de l’ASI Avenir, explique que lui et d’autres bénévoles de l’ASI vont « de nouveau aider l’US Sarre-Union pour la réception de Lorient. On sera une bonne dizaine, comme contre Niort. » Stadier lors du 16e de finale face à Niort, il devrait de nouveau enfiler un gilet fluo pour veiller à la sécurité des joueurs pendant la rencontre.

Cette fois, ce sera une équipe de Ligue 1, Lorient, qui sera accueillie à Sarre-Union. « La Ligue 1, on leur souhaitait déjà pour le tour précédent, et c’est pour ce coup-là. C’est un match que les amateurs de foot du coin ne peuvent pas rater. Une Ligue 1 en Alsace Bossue, c’est un événement et c’est bien pour ce club. Quand je pense qu’il y a 25 ans, j’ai joué contre Sarre-Union en D1 (départementale N.D.L.R.) sur le terrain de Axmatt. Et là ils vont jouer une Ligue 1. C’est le genre de match que tout footballeur voudrait connaître une fois dans sa carrière. Ici à l’ASI, nous avons eu la chance de jouer un 7e tour face à Reims (alors en Ligue 2), ça a marqué le club. »

« C’est bien d’avoir un club à ce niveau-là. Ça tire les joueurs et les clubs vers le haut »

Jamel Guesmia, coach de l’équipe fanion de l’ASI, salue « le beau parcours qu’ils sont en train d’effectuer. En tant qu’entraîneur, je tiens à les féliciter et notamment le staff et l’entraîneur Eric Becker que je connais. Ce 8e face à Lorient va avoir une implication chez nous. J’ai annulé l’entraînement du mercredi soir pour que les joueurs qui ont réussi à obtenir un billet puissent aller soutenir le club voisin, le club phare de notre secteur. »

Selon lui, « c’est bien d’avoir un club à ce niveau-là. Ça tire les joueurs et les clubs vers le haut. Les joueurs en parlent beaucoup. Vous savez, plus de quatre ans après, ceux qui ont joué le 7e tour contre Reims en parlent encore dans le vestiaire. Voir un club réussir à aller aussi haut que le CFA et faire une telle aventure en coupe, ça tire tout le monde vers le haut. »

Michael Swistek, milieu offensif, fait partie des quelques joueurs actuels de l’ASI Avenir à avoir pris part à la rencontre face à Reims. « Malheureusement je ne serai pas au match mercredi, à cause du boulot. J’aurais aimé le voir, mais je sors à l’heure du coup d’envoi. Cette rencontre sera importante pour ces joueurs. Reims, pour moi, c’est un souvenir qui restera à vie. Ce sera sans doute aussi le cas pour eux, sauf s’ils les sortent et qu’ils jouent le PSG au prochain tour (rires). Jouer le plus haut niveau, c’est impressionnant. »

Pour le libero Nicolas Schmolzlin, qui a assisté à l’exploit face à Niort, « ils ont fait un super match, avec un scénario idéal. Cette qualif’, ils l’ont méritée. J’y serai de nouveau le 10 pour Lorient. C’est un événement. Je pense qu’ils ont une chance s’ils jouent de la même manière que face à Niort, avec autant d’envie et en étant réalistes, parce qu’ils n’auront peut-être pas autant d’occasions cette fois. »

Enfin, pour le latéral de l’ASI Bruno Pesce, qui n’a pas réussi à se procurer de billet pour le match, « ça donne envie. Ce genre de matches qui offre la possibilité de jouer face à des pros, c’est le summum pour un amateur. Ils jouent une Ligue 1, tout le monde aimerait être à leur place et tenter de créer l’exploit, même si Lorient ça risque d’être encore un cran au-dessus de Niort. Après, rien n’est impossible ».

Dans les autres clubs d’Alsace Bossue, cette rencontre alimente aussi les conversations.

« Grâce à leur parcours, on parle en bien de l’Alsace Bossue. C’est bénéfique pour tout le monde, même en dehors du foot »

Le président du FC Herbitzheim, Jonathan Ascasibar, présent au club house de l’USSU le soir du tirage au sort, indique : « Sarre-Union, j’y suis souvent en tant qu’arbitre et j’ai de bons contacts avec ses dirigeants. Ce club vit un truc extraordinaire et c’était important pour moi de marquer notre soutien derrière eux ce jour-là. S’ils avaient dû jouer loin de Sarre-Union, je voulais organiser un bus pour les soutenir. Chez nous, voir une telle confrontation, ça donne envie et je pense que ça va un peu tirer vers le haut les équipes du coin. Ce match met des étoiles dans les yeux des jeunes footballeurs. »

Mercredi soir, entre 20 et 30 membres du FC Herbitzheim seront au stade omnisports. Parmi les licenciés au FCH, « certains étaient déjà du voyage à Villefranche, puis à Sarre-Union lors du 16e contre Niort ». Ils seront de nouveau présents mercredi.

Du côté de l’AS Sarrewerden aussi la mobilisation sera importante. Outre quelques bénévoles autour du terrain, une grande partie des membres du club seront dans le public.

Il faut dire aussi que depuis quelques saisons, l’ancienne rivalité avec l’USSU a été remisée dans les placards. « Depuis deux saisons, les jeunes et les féminines s’entraînent chez nous. C’est le club phare de notre région et je pense que c’est important d’être solidaires entre clubs. Grâce à leur parcours, on parle en bien de l’Alsace Bossue. C’est bénéfique pour tout le monde, même en dehors du foot. Alors forcément, ça donne envie de participer à tout ça. »

« Ce match, les jeunes du club en parlent. Beaucoup ont pris un billet pour aller le voir et du coup, on a décalé les entraînements de la semaine »

Le président du FC Mackwiller, Matthieu Mathia, se réjouit que la rencontre puisse se jouer en Alsace Bossue. « C’est bien que des joueurs de Ligue 1 viennent en Alsace Bossue. Ils vont découvrir un territoire dont ils ne soupçonnaient sans doute pas l’existence. Ce match, les jeunes du club en parlent. Beaucoup ont pris un billet pour aller le voir et du coup, on a décalé les entraînements de la semaine. »

Pascal Barth, président de l’AS Weyer, sera présent au stade mercredi, « comme une bonne partie de l’équipe Une. L’USSU, c’est un exemple pour le secteur, un club qui fait rêver les enfants de l’école de foot et là, c’est un bel événement pour le foot d’Alsace Bossue. On espère qu’ils se qualifieront encore une fois, ou au moins qu’ils sortent la tête haute. »

Pour Fernand Da Rold, du club de l’AS Rehthal, « ce type d’affiche, ça donne envie à tous les joueurs. Nos joueurs connaissent Yann (Schneider, qui a débuté le foot au club). Ils ont suivi sa carrière à Strasbourg, en Allemagne et le suivent encore à Sarre-Union.

Alors forcément il y a l’envie de le voir aller encore plus loin. Tous les clubs d’Alsace Bossue seront derrière eux mercredi. »

 

Source DNA.fr

Commentaires

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 7 Dirigeants
  • 2 Arbitres
  • 5 Joueurs
  • 76 Supporters