571 447 visites 8 visiteurs

Focus sur Lahcen Mounass

9 février 2016 - 13:34

Lahcen Mounass cultive une relation particulière avec le football. Depuis ses premiers dribbles, le milieu défensif a multiplié les allers-retours avec le ballon rond. Jusqu’à croiser la route d’un club de Ligue 1.

Une passion singulière

On avait laissé Lahcen Mounass plein d’espoir, au lendemain de l’exploit contre Niort. On l’a retrouvé la semaine dernière un brin déçu.

Le milieu défensif avait un souhait, sans doute partagé par nombre de ses coéquipiers. Celui d’affronter le PSG. Mais c’est Lorient qui fera un détour par l’Alsace Bossue.

« Je ne suis pas comme certains, qui ne peuvent pas se passer du foot »

« Sur le coup, j’étais un peu déçu, commence par dire Lahcen Mounass. Si on venait à être éliminé, cela laisserait un petit goût amer. Car on n’aura pas eu la chance d’affronter les stars de Paris. Pour un joueur amateur, c’est énorme. »

Et puis il repense à son bonheur d’être là, en 8e de finale, parmi les seize clubs encore en lice en Coupe de France. « Lorient, c’est une belle équipe. Et ça reste une Ligue 1... »

N’allez pas croire que Lahcen Mounass est du genre blasé. Le joueur de l’US Sarre-Union entretient simplement une relation particulière avec le ballon rond, mélange de passion et de distanciation.

Accroc, il l’est assurément. À sa façon. « Je ne suis pas comme certains, qui ne peuvent pas se passer du foot, de la compétition. Je peux décrocher pendant une longue période sans être en manque. »

C’est peut-être ça qui lui permet d’apprécier pleinement chaque instant. Une semaine avant la victoire contre Niort en 16e de finale, Lahcen Mounass était encore en mode pause, comme depuis près de neuf mois, après son départ du FC Mulhouse.

Cela ne l’a pas empêché, pendant 90 minutes magiques, d’aider l’USSU à s’inviter en 8e de finale.

« J’ai reçu beaucoup de messages après ce match face à Niort. Surtout par rapport au fait que je n’avais plus joué depuis plusieurs mois. On en a rigolé. »

On peine encore à le croire. Alors on lui repose la question. Le foot ne lui a pas manqué pendant tout ce temps ? La réponse reste la même. « J’ai fait un break, sourit-il. J’ai profité de ma famille. »

Lahcen Mounass tapera dans un seul ballon, en bas de chez lui, « de temps en temps », avec ses amis. « C’était vraiment du foot plaisir, certains ne jouent même pas en club. »

Ces allers-retours, c’est un peu l’histoire de sa vie. Pour qu’il signe sa première licence au FC Toul, ses quatre grands frères avaient déjà dû insister. « Ils ne m’avaient pas vraiment laissé le choix… »

À l’âge de 15 ans, Lahcen mettra une première fois le foot entre parenthèses. Avant d’être ramené dans le “droit chemin” par ses frangins. « Je pense qu’au bout d’un moment, je serais revenu de moi-même… (sourire). »

Amoureux fou du foot, à sa manière

Avant son premier passage à Sarre-Union, en janvier 2013, le milieu défensif restait déjà sur six mois loin des terrains. Ainsi va Lahcen Mounass, amoureux fou du foot, à sa manière.

« Je suis un gros consommateur de matches à la télé. » Mais là encore, le Franco-Marocain est sélectif. « Je me focalise sur les très gros clubs. Sans manquer de respect à personne, c’est là que le vrai foot se joue. »

Lahcen Mounass, forcément, évoque le Barça, son milieu défensif Sergio Busquets. « Il a une intelligence de jeu remarquable. » Cherche à s’en inspirer, jamais à se comparer.

Pour lui, il y a ces joueurs-là et le commun des mortels. « J’aimerais bien aller voir un match au Camp Nou. Mais j’ai aussi peur d’en revenir dégoûté, en me disant que je ne fais pas le même sport (rires). »

On lui dit qu’il est un joueur de CFA, et que ça veut quand même dire quelque chose, que ce niveau-là en fait rêver beaucoup. « Je raisonne dans les deux sens. Je me dis aussi que ce n’est “que” du CFA. »

Il dit ça simplement, sans vouloir paraître arrogant, juste sincère. Lahcen Mounass aime le foot, mais pas au point de s’en damner. À 25 ans, ses rêves de professionnalisme sont derrière lui. « Arrivé à un certain âge, on devient réaliste, on ne se voile plus la face. »

Mais de là à renoncer définitivement au ballon rond pour changer de vie, il n’en est pas encore question. Vous avez dit contradictoire ? Même pas.

Depuis longtemps, Lahcen Mounass vise le métier de douanier. « Il faudrait que je mette le foot entre parenthèses pour passer le concours. C’est une idée que j’ai en tête pour après, ce n’est pas la seule. »

Le Sarre-Unionnais a bien fait de prolonger encore le plaisir pour vivre cette aventure en Coupe de France. « Elle nous permet de connaître des ambiances que connaissent les pros, de nous mettre dans leur peau. Contre Lorient, il faudra tout donner. Si on perd, c’est logique. » S’ils gagnent, ce sera un exploit de plus.

La compétition n’est pas toujours son moteur. Demain, il ne pensera qu’à elle au moment de défier les Bretons. Lahcen Mounass est insaisissable.

 

Source DNA.fr

Commentaires

PARTENAIRE DE LA SEMAINE

            

            

Retrouvez les coordonnées de notre partenaire en cliquant sur l'image.

La journée 29 se termine dans

La journée 29 est terminée

CFA2, Excellence, coupe de France et coupe d'Alsace

Aperçu des matchs à pronostiquer

Pagny S/ Moselle
USSU
Ussu 2
Geispolsheim