723 088 visites 7 visiteurs

Focus sur Clément Durieu

24 février 2016 - 09:46

Il y a 15 jours, Clément Durieu a retrouvé le terrain, sur une pelouse dont il connaît les recoins pour y avoir été formé. L’ex-Grenoblois, désormais Sarre-Unionnais depuis quatres semaines, raconte son chemin.
Étudiant tous terrains

Il a les airs d’un discret, et il l’est vraiment. Pas du genre à faire des déclarations fracassantes, pas des façons à fanfaronner. « Je suis toujours à l’écoute des gens qui cherchent à me faire progresser », commence par déclamer Clément Durieu, vingt ans depuis le 9 septembre dernier.

Alors, il raconte son début de vie par tranches, sa naissance à Saint-Martin-d’Hères, son enfance passée à Balbins « à une soixantaine de kilomètres de Grenoble ». Et pour le faire grandir au foot, il y aura le club de La Côte-Saint-André.

« Je voulais avoir d’autres bagages qu’un simple sac de sport »

« Le foot, c’est une affaire de famille, sourit le jeune homme, capable de jouer à tous les postes défensifs. Mon père, Guy, le pratiquait. Il était milieu défensif ou défenseur central. Mais je ne l’ai jamais vu jouer. En fait, on s’est inscrit au club avec mon petit frère, Sylvain. Et ça nous a tout de suite plu. »

Et comme Clément Durieu n’est pas le plus maladroit, il prend la route de Grenoble, « du GF38 », comme on le résume en Isère.

« J’allais avoir quinze ans, ils étaient encore en Ligue 2. Heureusement, mon père travaillait à Grenoble. Il m’emmenait tous les matins à l’école, puis il m’attendait après les entraînements le soir. »

Malheureusement ou presque, il vivra le dépôt de bilan de son club, sa rétrogradation en CFA 2.

« Un mal pour un bien pour moi », raconte le droitier, passé par les leçons d’Arnaud Genty et qui avait désormais affaire à Abdel Tafer. « Le premier m’a inculqué la discipline à avoir si je voulais progresser, le deuxième m’a fait confiance en m’intégrant chez les U19. Je n’avais que seize ans. »

Et c’est parce qu’il sera un des éléments majeurs de la Coupe Gambardella, un jour opposé à l’AS Saint-Étienne, qu’il se fera repérer par son futur entraîneur.

« À la fin du match, Abdel Bouhazama est venu parler à mes parents, leur a proposé que je fasse un essai. »

Il sera si concluant qu’il ne donnera pas suite aux propositions des dirigeants troyens qui l’avaient également contacté.

« Même aujourd’hui, je n’ai aucun regret, reprend Clément Durieu. En plus, à Saint-Étienne, je ne m’éloignais pas trop de la maison, de la famille. » Parce que Guy et Marielle (la maman) ont toujours été de bon conseil…

À l’ombre de Geoffroy-Guichard, sur les pelouses d’entraînement de l’Étrat, il va connaître plusieurs professeurs de football, la plupart anciens professionnels des Verts.

« Abdel Bouhazama, Jean-Philippe Primard, Laurent Batlles, Thierry Oleksiak et Julien Sablé. De tous, j’ai beaucoup appris », ponctue le nouveau Savernois.

Comme il apprendra aussi, sagement assis sur un banc d’écolier, en écoutant d’autres professeurs.

« C’est mon éducation qui veut ça, en même temps que ma volonté. Je voulais avoir d’autres bagages qu’un simple sac de sport. Obtenir des diplômes universitaires, c’est s’enlever un peu de pression en cas d’échec sportif », fait remarquer avec le sourire Clément Durieu.

Donc, il avait aisément obtenu son Bac S, puis a sérieusement et récemment repris ses études, préparant un BTS Immobilier.

« Même si j’espère encore pouvoir vivre de ma passion, je préfère avoir une solution de secours au cas où. »

Il sait d’ailleurs que rien ne sera facile, lui qui était presque un laissé pour compte à l’ASSE, estimé trop “vieux” pour évoluer en équipe réserve, et pas assez mature pour prétendre jouer au-dessus.

« J’étais redevenu un joueur amateur. On m’a permis de partir au mois de janvier, en se quittant en bons termes. »

Alors qu’il s’entretenait physiquement avec Bourgoin-Jallieu (CFA 2), son agent Laurent Ré prend contact avec les dirigeants de Sarre-Union, donc Roudy Keller forcément.

« Je n’ai pas hésité longtemps. C’est une belle opportunité pour moi. Quand tu évolues en CFA, tu es vu. »

« Tu sens un engouement incroyable autour du club »

Et il affirme, en ravalant sa timidité, qu’il n’est pas déçu du long voyage entrepris il y a près de trois semaines.

« Je viens d’un tout petit village, alors je me plais bien ici. En plus, tu sens un engouement incroyable autour du club. Les supporters sont nombreux, bruyants. Ça te porte vraiment, ça te pousse à en faire plus. »

Samedi dernier, Clément Durieu a disputé son premier match depuis des mois, sur une pelouse grenobloise qui l’a aidé à grandir. « C’était très particulier. J’ai revu avec bonheur plein de gens que je côtoyais tous les jours. »

Désormais, il n’a qu’une idée en tête. Avoir du temps de jeu, ne pas s’économiser sur une pelouse, pour mieux s’asseoir sur un banc d’étudiant peut-être. Et partout, écouter pour apprendre…

 

Source DNA.fr

Commentaires

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 7 Dirigeants
  • 2 Arbitres
  • 5 Joueurs
  • 76 Supporters