725 066 visites 18 visiteurs

Le derby du National vu par "Z"

9 mars 2016 - 10:46

Thomas Zerbini porte un regard particulier sur le match qui passionnera l’Alsace du foot cette semaine. Le feu follet sarre-unionnais a fait ses classes au Racing. Puis il a participé au décollage des SRC. Entre les deux, son cœur ne balance pas. Il est partagé.

Thomas Zerbini, témoin privilégié du prochain SRC – Racing (vendredi, 20h30)

Cœur vert, cœur bleu

S’il a effectué ses premiers pas de footballeur au sud de la région, “Monsieur Z” de Sarre-Union n’en a pas pour autant vécu une trajectoire linéaire pour vivre sa passion de footeux, entre Alsace et Lorraine. Aujourd’hui, le milieu de terrain bataille pour le maintien de l’USSU en CFA, après un sommet en Coupe il y a quelques semaines.

En onze saisons, en dehors d’une courte parenthèse à Raon-l’Étape (2011-2012), Thomas Zerbini est toutefois demeuré fidèle à l’Alsace. Il a surtout appris le foot au Racing, il a atteint son sommet aux SRC. Il rappelle même : « J’ai été des premières oppositions entre les deux clubs en National. »

Les Verts étaient promus, les Bleus étaient relégués. S’ils luttaient pour un maintien qu’ils ont fini par décrocher, les premiers avaient le vent en poupe. Les seconds, à la lutte pour retrouver immédiatement la Ligue 2, avaient échoué d’un rien, et le club strasbourgeois a explosé en vol l’été d’après.

« Les Strasbourgeois doivent rappeler qu’ils sont les n°1 en Alsace »

Zerbini faisait partie du camp des vaincus (2-0, en septembre 2010 à la Meinau, 1-2 au Stadium en février 2011 au retour) heureux en fin de saison. Mais la dynamique s’est encore retournée, à l’écouter.

« Le Racing est sur une lancée pour retrouver la Ligue 2, considère-t-il en un week-end sans compétition puisque le match de l’US Sarre-Union à Jura Sud a été reporté. Le derby est important pour les Strasbourgeois qui doivent rappeler qu’ils sont les n°1 en Alsace. Il y a les moyens mis pour retrouver le monde pro, les supporters… »

L’obligation de résultats est une constante dans la maison bleue qu’il a connue pensionnaire de la Ligue 1, au centre de formation, de 2005 à 2007. Au sein de l’effectif bas-rhinois, le joueur âgé aujourd’hui de 28 ans continue de garder des liens avec Jérémy Grimm. Avec les deux clubs, c’est plus compliqué : « Les matches du Racing et de Colmar se disputent le vendredi, un soir où on a entraînement avec Sarre-Union. »

Il n’empêche. Celui qui a fait monter Colmar, en 2011, et le Racing, en 2013, garde quelques antennes orientées sur les deux clubs. En ce sens, les problèmes rencontrés par les SRC ne manquent pas de le surprendre. « Après, dans un match comme celui-là, Colmar va aussi vouloir montrer qu’il existe, souligne l’Alsacien bossu d’adoption. Les SRC sont sur deux victoires, alors qu’on parle de problèmes extra-sportifs. » Les coulisses seraient bien moins brillantes que le terrain, où la bande à Didier Ollé-Nicolle s’accroche.

« Franchement, les difficultés financières, cela me surprend, reprend le petit blond. Quand j’ai signé aux SRC, on sentait un club qui était en plein développement, bien encadré. Avec Jean-Louis Jaegli, c’était plus que clair », conclut-il.

Si le Racing est sorti de l’ombre après sa chute dans l’abîme du CFA2 en 2011, les SRC le fuient avec énergie. Les deux locomotives du foot régional n’en finissent pas de se croiser, de près ou de loin, depuis six ans. Les proches retrouvailles ne manquent pas de piment. Foi du trublion de Sarre-Union qui garantit : « Ce sera un beau derby ».

Commentaires

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 7 Dirigeants
  • 2 Arbitres
  • 5 Joueurs
  • 76 Supporters