716 855 visites 44 visiteurs

Revue de presse avant la réception de Montceau

19 mars 2016 - 10:00

Dans le sprint qui commence aujourd’hui, pour les emmener au maintien, les Sarre-Unionnais doivent franchir la première des onze dernières haies sur leur parcours. Face à Montceau-les-Mines ce soir à 18 h, les joueurs de l’US Sarre-Union joueront leur premier match sous les ordres de Fabrice Oumedjkane.

La première haie

On va d’abord parler de Montceau, puisque le premier non relégable actuel (huit points devant les Bas-Rhinois, avec deux matches de plus au compteur toutefois) est l’un des trois adversaires battus par Sarre-Union cette saison. C’était le 17 octobre et les coéquipiers de Yann Schneider s’étaient alors imposés largement sur les terres bourguignonnes (1-5).

« Je leur ai parlé du plaisir que ce jeu devait leur procurer »

Et puis cet adversaire, sans avoir une allure flamboyante, vient d’épargner six points lors de ses deux dernières sorties : il s’est imposé à Saint-Louis/Neuweg (0-1), avant de tenir en échec Drancy (1-1).

Et si le FC Montceau possède la défense la plus perméable du groupe, et de loin, avec 37 buts encaissés, il est plus à l’aise en déplacement où il a cherché trois de ses cinq succès (contre deux nuls et cinq revers).

Fabrice Oumedjkane, qui a pris la suite d’Éric Becker en début de semaine, préfère plutôt parler de son équipe, toujours privée de Martial Riff et Lahcen Belktati, tous deux convalescents.

« On a insisté sur nos points forts cette semaine à l’entraînement. Parce que mes joueurs ont montré beaucoup de bonnes choses cette saison malgré tout, relève l’entraîneur de l’USSU. On va essayer de faire des choses simples. Je ne suis pas là pour tout révolutionner, plutôt travailler les détails. Ceux qui nous ont coûté des points. »

C’est donc le « changement dans la continuité » que privilégie le locataire du banc de touche de l’USSU. « On a toutefois travaillé certaines séquences, comme les coups de pied arrêtés défensifs, le replacement, la nécessité d’avoir un bloc-équipe resserré. »

Tout sourire, il rappelle vouloir chasser « tout esprit de sinistrose », puisque tout restera possible mathématiquement, « même dans le pire des scénarios, en cas de défaite face à Montceau ».

Mais, rassurez-vous, Fabrice Oumedjkane entend bien entamer ses débuts d’entraîneur par un succès. « Il ne sert à rien de dire qu’on veut gagner ce match si on ne met pas tous les ingrédients nécessaires pour y arriver. Donc, il faudra les utiliser en espérant que l’équipe adverse ne soit pas plus forte que nous. Je suis impatient d’être samedi, de découvrir et de voir. »

Alors, il a insisté sur quelques points clés, comme la méthode et le plan de jeu à respecter, l’organisation à conserver « même s’il faudra mettre un peu de folie », la détermination à avoir sur chaque action. « Je leur ai parlé du plaisir que ce jeu devait leur procurer. Et on en prendra si tout le monde fait beaucoup d’efforts les uns pour les autres. »

Maintenant, il revient aux joueurs de parler. De redevenir ces Gaulois d’Alsace-Bossue têtus et intraitables. Qui avancent irrésistiblement à coups de points…

 

Source DNA.fr

 

Pour relever la tête

La rencontre du dernier week-end face au FC Saint-Louis devait être celle de la relance en championnat, celle de tous les espoirs compte tenu de la situation de l’USSU au classement, mais aussi compte tenu du calendrier des prochaines semaines qui propose plusieurs confrontations avec des adversaires directs dans la course au maintien.

90 minutes d’efforts et d’engagements

Malheureusement, le derby alsacien a tourné au vinaigre pour des Bleus qui n’ont pas trouvé la solution face à une équipe ludovicienne qui a su patienter avant de trouver la faille sur corner, puis de gérer à sa main une rencontre au cours de laquelle les Bleus n’ont pas su ou pu cadrer le moindre tir.

Compte tenu de la situation, Laurent Weinstein a réagi en confiant la responsabilité de l’encadrement technique à Fabrice Oumedjkane, qui a occupé des fonctions d’entraîneur au niveau des jeunes à l’ASP Vauban et au SC Schiltigheim, mais qui a également officié durant quelques saisons comme entraîneur adjoint à St-Raphaël. Eric Becker va donc prendre du recul, tout en restant au club jusqu’à la fin de la saison.

Si la situation est délicate aujourd’hui, rien n’est évidemment perdu. Au fond du trou depuis près de 3 mois, les Bleus ne peuvent que mieux faire dans les prochaines semaines. Dès ce soir face à un autre concurrent direct qu’est le FC Montceau-les-Mines et qui voudra se venger de la fessée du match aller, (victoire des Bleus sur le score de 5-1) nous verrons si les coéquipiers de Yann Schneider ont su se ressourcer durant cette première semaine d’entraînement sous les ordres de leur nouveau coach.

Le laps de temps est évidemment court pour redresser la barre, mais le changement à la tête du staff doit également correspondre à une prise de conscience collective de l’ensemble du groupe qui, s’il reste soudé et affirme vouloir sortir l’USSU de cette mauvaise passe, devra faire les efforts individuels et collectifs pour arriver à ses fins.

Il faudra consentir à 90 minutes d’efforts et d’engagements pour arriver à inverser cette spirale négative. Et l’appui des supporters, sera un élément indispensable comme à Villefranche en Coupe de France pour arriver à ces fins.

 

Source DNA.fr

Commentaires

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 7 Dirigeants
  • 2 Arbitres
  • 5 Joueurs
  • 76 Supporters