716 857 visites 43 visiteurs

Mise au point de Roudy Keller avant la dernière ligne droite en CFA

5 avril 2016 - 11:57

Depuis quatre matches et le remplacement d’Éric Becker par Fabrice Oumedjkane, Sarre-Union ne perd plus, mais ne gagne pas plus (quatre nuls), engrangeant huit points seulement. Son manager sportif, Roudy Keller, fait l’état des lieux, point par point.

L E MATCH DE SAMEDI

« En obtenant un match nul, comme on l’avait fait à Jura Sud, on fait a priori une bonne affaire. On revient au score, on a l’occasion de s’imposer en fin de rencontre. Mais, comme le football est imprévisible – ce que certains de nos suiveurs ne comprennent pas –, Le Puy va s’imposer à Mulhouse et Sochaux II à Drancy. Pour nous, la chance ne veut pas tourner. Avec tous ces nuls, neuf au total, on n’avance pas. Mais au lieu d’être négatif, je préfère être positif. Quand tu l’es, tu as plus de chances d’attirer de bonnes choses. »

« Il faut chasser le pessimisme et les pessimistes »

◗ LA SITUATION SPORTIVE

« Ce que je veux d’abord dire, c’est que tous mes joueurs sont dignes de porter le maillot du club. Ils ne méritent pas d’occuper cette place, mais quand je vois nos adversaires, je me dis qu’eux aussi mériteraient de s’en sortir. Il faut trois malheureux à la fin de la saison. J’espère que nous n’en ferons pas partie, je m’accroche à tout pour y croire et j’y crois comme les joueurs. Ils donnent tout ce qu’ils ont. Je n’ai rien à leur reprocher. »

◗ LES SUPPORTERS

« Franchement, depuis 23 ans que je m’investis, autant par le temps que par les finances, c’est la saison la plus dure, la plus compliquée. Les gens, une minorité des supporters, ont la mémoire courte. Tu peux critiquer, pas insulter. Je suis blessé quand j’entends certains mots à l’adresse des joueurs ou quand je lis certaines choses sur les réseaux sociaux. Les joueurs, les dirigeants et les bénévoles de ce club méritent autre chose que ces retours. Depuis que je suis revenu comme dirigeant à l’USSU, nous n’avons connu qu’une descente, de CFA 2 en DH en 2005. Autrement, nous n’avons joué que le haut du tableau et nous évoluons maintenant en CFA depuis cinq saisons. Tout ça malgré des moyens limités.

Cela mérite le respect, beaucoup de clubs alsaciens nous envient. On voit de futures stars à Sarre-Union, surtout dans les équipes réserves. Que ces gens qui nous détruisent restent à la maison et nous laissent tranquilles. »

◗ ÉRIC BECKER - FABRICE OUMEDJKANE

« En décembre, les joueurs étaient venus me voir pour me demander de changer d’entraîneur. Mais il y avait la Coupe de France et notre situation sportive n’était pas encore préoccupante. Et ce qui devait arriver est arrivé. Je suis triste et déçu pour Éric. Il n’a pas su mettre le petit grain de folie que nous avions lors des deux saisons précédentes avec Bruno Paterno. Quant à Fabrice, après avoir très bien connu son père, une personne extraordinaire, qui était le coach de mon fils au FRH, il a des séances très travaillées, des causeries qui me plaisent. Il sait ce qu’il veut, sait être très exigeant. »

◗ LA COUPE DE FRANCE

« On était dans un autre monde : 3 000 personnes contre Niort, un peu plus contre Lorient. On a mal géré cette folie. Je me suis souvenu du cas d’Yzeure qui, il y a quelques saisons, était allé en 16es de finale contre Lyon. Deuxièmes en CFA avant cette aventure, ses joueurs s’étaient maintenus pour un point. »

« Rien n’est finalisé avec Olivier Froemer »

◗ L’AVENIR IMMÉDIAT

« On reçoit La Duchère, en route pour monter en National. On est capable de lui tenir tête, de la battre même. Et puis, on recevra bientôt le FC Mulhouse. Il y a quelques saisons, alors que nous venions de perdre au Racing, à Raon puis contre la réserve d’Auxerre en une semaine, sans marquer de but tout en en prenant dix, c’est là-bas que nous avions commencé notre série de cinq victoires.

Tout le monde nous avait condamnés, on s’en était sorti. Voilà à quoi je me raccroche. Le sport est quelque chose de spécial, d’inattendu. Tout peut arriver. Et il faut savoir relativiser. Il y a des choses plus graves que perdre un match… »

◗ LE DUO OLIVIER FROEMER - FABRICE OUMEDJKANE

« Pour l’instant, rien n’est finalisé avec Olivier Froemer. On se rencontre dans une quinzaine de jours, Laurent (Weinstein, le président) lui et moi. Si on reste en CFA, il reviendra et j’en serai très heureux. C’est l’entraîneur qui a eu les meilleurs résultats. Si on tombe en CFA 2, rien n’est écrit… »

◗ UN AVENIR EN CFA 2 ?

« Je me pose beaucoup de questions, vraiment. Une descente en CFA 2 risquerait d’être dramatique, mais la vie ne s’arrêterait pas là. La plupart des joueurs (une grosse dizaine) partiraient et nous n’aurions droit qu’à six mutations. Mais, malgré tout, j’ai encore la passion. Et nous serons encore en CFA, il faut chasser le pessimisme et les pessimistes.

On a le devoir de finir proprement cette saison, de terminer le mieux possible. On a tous fait des erreurs, on est tous déçus d’en être là, mais on tirera le bilan dans deux mois. On a ce temps pour nous sauver. Et tout le monde comptera… »

 

Source DNA.fr

Commentaires

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 7 Dirigeants
  • 2 Arbitres
  • 5 Joueurs
  • 76 Supporters