544 278 visites 5 visiteurs

Focus sur Feyzullah Simsek

18 mai 2016 - 10:38

En remportant le premier de ses trois derniers matches, Sarre-Union a empêché le fil très ténu menant au maintien de se rompre. Feyzullah Simsek, avec ses trois passes décisives, en a été l’un des acteurs majeurs.

Simsek dans une bonne passe

On connaît désormais bien Feyzullah Simsek, depuis les presque deux ans qu’il promène ses pieds à Sarre-Union. Ses coups d’arrêt comme ses coups d’éclat et d’épate. Celui qui est né footballeur dans les pas d’un papa fou de Fenerbahçe, dans ceux aussi de trois grands frères (Riza, Ender et Sinan), surtout grands pratiquants impénitents de la chose ronde, peut aussi bien irriter que fasciner.

Parce que parfois, celui dont le pied droit tient lieu de pinceau peut se montrer gauche, pas inspiré du tout, en s’engonçant dans ses habits de soliste. Parfois donc, il aime trop le ballon quitte à en être défait après une dernière pirouette inachevée.

« Je ne suis pas quelqu’un d’égoïste »

« Je ne suis pas quelqu’un d’égoïste, se défend vigoureusement le milieu de terrain offensif. C’est vrai que j’aime le ballon, que j’aime dribbler. Mais je fais les choses pour le bien de l’équipe, pas pour faire le beau. D’ailleurs, on me reproche aussi de ne pas assez tirer au but, de trop chercher la passe décisive. Je reconnais qu’il m’arrive de me tromper dans mes choix. »

D’ailleurs, Fabrice Oumedjkane avait préféré le faire s’asseoir sur le banc de touche à Auxerre, il y a un peu plus d’une semaine. Et ça l’avait plutôt piqué. « Je n’avais pas compris, je lui avais alors dit en face ma façon de penser, parce que je préfère être honnête. C’était assez rude, j’étais énervé. Le coach ne m’en a pas tenu rigueur. Et je me suis remis au travail sans arrière-pensée. Après le match contre Lyon, il m’a dit que je lui avais donné la meilleure des réponses. Et ses mots m’ont fait plaisir. »

Parfois aussi, il sait donner au ballon des courbes étonnantes, illisibles pour ses adversaires, parfois converti en but par ses coéquipiers. C’est ce qui s’est produit trois fois samedi face aux jeunes Lyonnais. « Avec un peu de réussite, ça aurait pu être cinq. Mais on a vraiment pris beaucoup de plaisir, ponctue Feyzullah Simsek, dont le visage ne tarde pas à s’étirer d’un sourire. La contrepartie, c’est que je suis encore cuit ce dimanche. Mais ça fait du bien de se sentir aussi fatigué, parce que apaisé. »

Il parle de « vraie solidarité », devenue un peu plus nécessaire encore dans une fin de saison qui s’annonce plus que compliquée. « On a vécu trop de choses négatives jusqu’à l’arrivée du nouveau coach : des blessures, des méformes, des choix pas toujours compris… »

À 24 ans, celui qui a longuement grandi à Jarville après des débuts à Vandoeuvre, avant de faire un petit tour et puis s’en va (à cause d’une blessure) par le centre de formation de Nancy, puis deux petits tours par Raon-l’Étape, veut désormais avancer à grands pas.

Ne pas quitter cette saison sans rêver d’un été doux

« Autant j’étais abattu après la défaite à Auxerre, autant on a fait le plein de confiance samedi. On s’est accordé le droit d’y croire. On sait que nous devons remporter nos deux dernières rencontres. Et si le reste ne dépendra pas que de nous, nous sommes persuadés que tout est encore possible. Donc, il faut s’accrocher à tout. Le déplacement à Drancy sera compliqué. »

Comme ses coéquipiers, Feyzullah Simsek ne veut pas quitter cette saison sans rêver d’un été doux. Et il veut surtout continuer à ne vivre que du ballon rond, « tant que les jambes auront envie de courir après ». Alors, il se voit joueur de CFA, de National ou de mieux même, sans affirmer qu’il ne sera pas Sarre-Unionnais dans quelques mois.

« Si le club devait tomber en CFA2, j’aimerais aller voir ailleurs, mais plus haut. Si je dois me contenter de ce niveau, ce ne sera qu’ici. Parce que je m’y sens très bien, que j’y vis de belles choses. »

Il ne lui reste plus qu’à distribuer des passes décisives lors des deux dernières journées. Et si le maintien est au bout, on appellerait ça un tour de passe-passe, Feyzullah Simsek à la baguette.

Source DNA.fr

Commentaires

PARTENAIRE DE LA SEMAINE

            

            

Retrouvez les coordonnées de notre partenaire en cliquant sur l'image.

La journée 25 se termine dans

La journée 25 est terminée

CFA2, Excellence, coupe de France et coupe d'Alsace

Aperçu des matchs à pronostiquer

Ussu
Pierrots Vauban
Bergbieten
USSU 2