716 666 visites 26 visiteurs

L'année d'après...

17 octobre 2016 - 17:55

Avec seulement six points en six rencontres en CFA 2, Sarre-Union est loin des ambitions d'un ex-pensionnaire de CFA. Au rayon des explications, on note un intersaison très difficile, des blessures et suspensions et enfin des cadres pas au niveau. Si les éléments de réponse ne manquent pas, le manager, Roudy Keller, ne masque pas sa déception. De nature optimiste, il croit malgré tout à un réveil des siens.

A l'heure de comprendre le début de saison mitigé de Sarre-Union, il est essentiel d'effectuer un petit retour en arrière. « On a vécu un été hyper pénible ! On espérait être repêché en CFA en lieu et place d'Evian-Thonon. Nous avons su le 16 Juillet, qu'on allait finalement jouer en CFA 2. Préparer une saison dans ces conditions est très complexe », explique Roudy Keller, encore frustré par le déroulé des événements. Conséquence du flou estival qui entourait l'équipe fanion, le club a enregistré une vague de départ. « On a du faire face à treize départs. Nous avons pu conserver sept joueurs cadres titulaires puis recruter pour compléter les manques, mais on peut aligner seulement six mutations », informe l'homme fort, précisant que son club n'a pas le budget pour engager des contrats fédéraux. « Le grand public a tendance à l'oublier nous avons de petits moyens pour ce niveau, surtout en comparaison avec les autres ! » martèle-t-il.

Néanmoins, pas question de se cacher derrière cette donnée pour expliquer la mauvaise dynamique actuelle. Sarre-Union a su rivaliser par le passé avec ses concurrents, sans forcément avoir la même puissance financière qu'eux. En l'espèce, entre les suspendus et les blessés, la formation de Fabrice Oumedjkane est essentiellement victime de malchance. « C'est la première fois que je connais un démarrage avec autant d'absents. Nous avons jamais pu aligner notre équipe-type au bout de six journées ! », regrette Roudy Keller. Par ailleurs, les cadres qui jouent ne donnent pas entière satisfaction. « Je suis déçu de l'apport des joueurs clefs. Ils doivent faire mieux ! Il faut peut-être faire dégonfler les melons ».  Le manager tient à préciser une donnée importante à ses yeux : « Thomas Zerbini est absent depuis plus d'un mois. C'est notre maitre à jouer. Je peux le dire, l'équipe est complètement différente avec et sans lui. Il y a une dépendance », avoue-t-il sans langue de bois. Le retour de l'ancien joueur du Racing est prévu pour cette semaine.

Cette semaine ? C'est la coupe de France avec un long déplacement à Bartenheim. Une occasion pour l'USSU de respirer un air frais. « Cette compétition est un très gros objectif. Nous y avons déjà vécu des émotions exaltantes récemment avec un 32e de finale mais surtout un huitième de finale la saison dernière. Nous savons à quel point une aventure en coupe peut être merveilleuse et bénéfique », rappelle-t-il. Cette année, la coupe a un caractère particulier, elle peut éventuellement aider à relancer le club dans son championnat. « Il faut de nouveau amener des ondes positives autour de l'équipe, retrouver de la confiance ! ». Au moment d'évoquer le futur proche, le personnage emblématique retrouve son optimiste : « Le championnat est long, il reste encore 20 matches à jouer. Si nous enchaînons deux ou trois bons résultats, ça peut très vite repartir. Attention à ne pas nous enterrer ! ». Ne jamais abdiquer, une valeur ancrée dans l'ADN de l'US Sarre-Union.

Source LAFA.fff.fr

Commentaires

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 7 Dirigeants
  • 2 Arbitres
  • 5 Joueurs
  • 76 Supporters