751 816 visites 14 visiteurs

Histoire & Palmarès

C’est au lendemain de la première guerre mondiale que quelques jeunes de Sarre Union se réunissent pour créer un club qui devait permettre la pratique de tous les sports, du  football en particulier, mais aussi les exercices physiques, …….. et la préparation militaire.

Le premier président du club sera Monsieur Charles Spiess père, entouré de MM. Henri Haas comme secrétaire, Reeb, directeur de l’usine de chapeau de paille de la Ville Neuve comme trésorier, du Docteur Bach entre autre comme assesseur. Monsieur Danheisser sera le premier arbitre du club, tandis que Emile Herrenschmidt sera le premier juge de touche. Parmi les premiers licenciés, signalons Gaston Wack, fils du Maire de l’époque et docteur Adolphe Wack, Ernest Firnbach, l’ancien restaurateur de la Grand rue, Spiess Charles fils, Rieb Emile, Eddy Dommel fils, plus tard président, mais aussi Gressel Christian, Kress Georges, Haas Henri, Auguste Dunstetter ou Herr Eugène, rejoints plus tard par Irion Georges et Alphonse Koessler (ancien maire de Sarre Union), Rudolf Kohler, Ernest Spiess, dont les licences ont pu être retrouvées.  La recherche d’un terrain ne sera pas chose facile sur le ban communal et grâce à la compréhension de certaines personnes, le lieu dit Axmatt fut retenu en bord de Sarre.

Le club suscite d’entrée un intérêt certain dans cette période d’après guerre et deux équipes sont engagées auprès de la Ligue d’Alsace. En 1930-1931, on retrouve l’US Sarre Union évoluant en Promotion, classe C du groupe Nord et terminant à la 6ème place. Le groupe se compose d’équipes comme l’AC Strasbourg, Steinbourg, La Vendée, Auenheim et Soultz sous Forêts. En 1932, Eddy Dommel fils prend la présidence laissé vacante par Monsieur Spiess. Le club rassemble de plus en plus de jeunes issus de la proche région, les déplacements se résument souvent à des expéditions en vélo + train, parfois en voiture en fonction des disponibilités et des possibilités. Le club termine néanmoins à une belle seconde place derrière La Vendée. En 1935, Monsieur Gachot devient président avant d’être relayé en 1938 par Monsieur Henri Irrmann père, qui aura la charge du club durant le dernier conflit mondial. A l’issue de cette épreuve, la situation du club n’est pas reluisante et les difficultés existentielles prennent le pas sur le sport. Mais celui ci prend rapidement le dessus et après quelques mois, l’US Sarre Union se relance et participe au championnat organisé par la ligue d’Alsace. A partir de 1947, Alphonse Koessler, devient président alors que l’équipe fanion  se trouve en 3e division départementale. La saison 1948/1949 sera brillante puisque les locaux terminent seconds de leur groupe à un point de Reischhoffen. L’année 1949-1950 sera une année difficile puisque les locaux terminent avant derniers devant les Cheminots de Strasbourg et retrouvent ainsi la 2ème division. Après Albert Pacquin (1950 ) et Alfred Irion ( 1951 ), Albert Schoepfer sera un président marquant de l’après guerre durant plusieurs années. Dès la saison 1951-1952, bien que terminant loin des deux premiers (FC Saverne et US Niederbronn), le club connaît d'excellents résultats qui seront confirmés l’année suivante par la remontée en première division, tandis que les bleus remportent la Coupe d’Alsace Bossue qui suscite toujours un réel engouement populaire dans la région.

Dans un groupe très relevé, avec peu de moyens, l’équipe se bat mais ne peut éviter la descente l’année suivante, en compagnie de Reischtett. L’année suivante est encore délicate, puisque la deuxième relégation consécutive est évitée en se sauvant de justesse devant Tieffenbach et Trois Maisons.

Les malheurs du club ne s’arrêtent pas là puisque ce qui a pu être évité une année sera consommé quelques mois plus tard. Avec 4 victoires, 4 nuls et 14 défaites, 66 buts encaissés, le club descend en 3ème division. Au cours des années suivantes, l’US Sarre Union va collectionner les places de dauphin, chaque fois à trois points du leader. D’abord derrière Mackwiller, puis en 1957/58 derrière Herbitzheim, enfin derrière Ingwiller. La coupe d’Alsace Bossue, qui suscite un réel engouement populaire dans la région est remportée à plusieurs reprises, notamment en 1952 et en 1959. Enfin, en 1960, avec des joueurs comme Ernwein, Heller, Clauss, ou Kany, entre autre, l’équipe est sacrée championne avec 12 points d’avance sur Drulingen. Pour son retour en Division 2, l’USSU est deuxième derrière Ingwiller. Puis l’année suivante, c’est Eschbach et Mertzwiller qui empêche Sarre Union de rejoindre la 1er division. La saison 1962-63 sera moins brillante, (5ème)en championnat mais la Coupe d’Alsace Bossue est de nouveau gagnée face à Drulingen sur le score de 2-0. 

 

A partir de 1963, Alfred Hochstrasser accède à la présidence du club. Le club se retrouve encore en 2ème division, puis en 1967, après un duel à distance avec Mertzwiller (800 personnes à l’Axmatt pour une rencontre au sommet en février 1967) et une dernière rencontre stressante à Tieffenbach gagnée 3-2 avec un triplé de Marc Grostephan, les bleus sont champions et en poule de classement, échouent devant l’équipe des Pierrots de Strasbourg après avoir battu Soultz sous Forêts sur le score de 4-1. Pour couronner la saison, les locaux remportent définitivement la Coupe d’Alsace Bossue mise en jeu en battant le voisin Diemeringen ( qui lui a causé bien des misères en championnat, avec notamment un 6-0 à Diemeringen),  à Mackwiller sur le score de 3 – 1.

 

En 1ère division, l’équipe fanion découvre un autre monde, de nouveaux clubs, de nouvelles structures.  Après deux années difficiles, contre Hoerdt, Seltz, Rountzenheim, Wissembourg entre autre, et malgré le renfort de plusieurs joueurs et notamment de Rebeschini, transfuge de l’US Forbach, l’année suivante est synonyme de relégation en 2ème division.  Il s’agit de rebâtir le club et les dirigeants, tel que Edmond Stutzmann qui prend la relève en 1970 essaie de mettre en place des équipes de jeunes avec l’aide de quelques passionnés comme Gaston Weinstein, Henri Bieber, Pierre Clauss ou Raymond Séné. .Précurseur et drainant donc vers elle les jeunes des communes voisines comme Harskirchen ou Sarrewerden, l’US Sarre Union obtient des résultats rapidement des résultats puisque le club enregistre son premier titre de champion d’Alsace en 1972 en junior B.

 

Malgré d’excellents résultats des équipes de jeunes qui brillent notamment les espoirs ( finale à Haguenau contre le Racing Club de Strasbourg de Wagner et Gemmrich perdue 7-1, et  les minimes de Bernard Ernst  face au RC Strasbourg (défaite 2 – 0),  l’équipe fanion n’arrive pas à s’affirmer dans le championnat départemental.  Jean Pierre Clauss, au club depuis 1949,  prend la présidence en 1974 mais il faudra attendre 1978 pour voir le retour du club en 1ère division, s’appuyant enfin sur les jeunes du cru. Cette année là, c’est Nordhouse qui empêche les locaux d’être champions du Bas Rhin. Malheureusement, après deux années durant lesquelles les bleus pensaient pouvoir viser l’étage supérieur, tout sera remis en question l’année suivante puisque le match nul à Eschbach est synonyme de relégation.

 

Pendant ce temps, le vieux stade Axmatt du début du 20ème siècle commence à donner de réels signes de fatigue. Pas d’eau courante, un wagon en signe de vestiaire sans confort, pas de 2ème terrain pour les entraînements, il n’en faut pas plus pour fragiliser le club. Envisagé en 1959, la première tranche du complexe omnisports démarre en 1976 par le terrain stabilisé et des vestiaires, le tout inauguré en 1984, mais l’essentiel, à savoir un terrain de qualité se fait cruellement sentir. Sportivement, malgré une finale de coupe d’Alsace Bossue perdue contre Reiperstwiller à Harskirchen devant 1000 spectateurs en 1984, le début des années 1980 est triste pour les bleus, malgré les efforts de son comité où Robert Fritsch, en 1985, prend le relais. Les mauvais résultats de l’équipe fanion éclipsent les excellents résultats des différentes équipes de jeunes mais ceux ci ne trouvent pas leur prolongement dans les équipes seniors.

 

En 1987, Guy Irion accède à la présidence d’un club mal en point et, après avoir évité la relégation lors de trois rencontres de barrages successives, l’équipe fanion descend en 3ème division en 1988. Le temps d’une prise de conscience générale et voilà enfin une US Sarre Union plus ambitieuse qui remonte pour vivre des années charnières. L’arrivée au club de Pierre Klein, qui accepte le challenge, comme entraîneur n’y est pas étrangère. Malgré la situation très inconfortable du club et l’absence totale d’équipements qui peuvent permettre de construire un club digne de ce nom, celui-ci relève le défi. Fort de ses expériences notamment à Harskirchen, il pose les premières pierres au nouvel édifice et progressivement, le chantier avance. Avec le démarrage du  chantier du terrain Omnisports (enfin, après 15 ans d’attente), de nouvelles perspectives s’ouvrent enfin pour le club. Celui-ci sera opérationnel l’année suivante. En attendant,  les bleus, qui viennent d’obtenir le titre de champion en D2 départementale,  s’inclinent en finale de la coupe d’Alsace Bossue devant Harskirchen .La section des jeunes prend de l’étoffe, sous l’impulsion de Jean Pierre Irion. Le comité enregistre l’arrivée de plusieurs bénévoles tournés vers le même objectif sportif. Cette saison est surtout marquée par le retour au club de Roudy Keller en 1993 comme directeur sportif. Cette arrivée va coïncider avec une inévitable progression dans la hiérarchie départementale, malgré deux premières années infructueuses. Le club est, comme le dit Bernard Ernst, sur une phase ascendante. Les équipes de jeunes continuent de montrer l’exemple. En 1994, les poussins et les pupilles remportent la Coupe d’Alsace Bossue, en 1995, au terme d’un duel avec Ingwiller, Sarre Union monte pour la première fois en Promotion après avoir obtenu 21 victoires consécutives, seul Butten, lors de la dernière journée, empêche les hommes de Pierre Klein de faire le parcours parfait. Les pupilles à 7 remportent le titre de champion du Bas Rhin en battant Heiligenstein mais s’inclinent devant Pragard Mulhouse en finale régionale.

 

L’Union Sportive continue sur la lancée l’année suivante en bénéficiant de l’apport de joueurs d’expérience comme Patrick Ernwein et Raphaël Machet entre autre. Au terme d’une dernière rencontre face à Saverne (3-0), les locaux accèdent en Promotion d’Excellence, tandis que les équipes de jeunes, des poussins aux moins de 13 ans, raflent les titres de champions et progressent dans la hiérarchie. Les moins de 15 ans, à Erstein, deviennent champions d’Alsace après avoir remporté le critérium en salle au Tivoli devant ASP Vauban et le FR Haguenau. Le travail en entente avec Harskirchen au niveau de la section des jeunes démarre et progressivement, toutes les équipes de jeunes atteignent le plus haut niveau départemental.

 

Marc Séné devient président en 1998. Les résultats ne varient guère et l’équipe fanion rafle le titre de champion d’Alsace en Promotion d’Excellence, remporte la Coupe d’Alsace Bossue. Le capitaine du jour, Jean Pierre Irion, en brandissant le challenge, efface 30 années de disette et couronne une carrière exemplaire avec 25 années de présence au sein de l’équipe fanion.

En Excellence, les locaux s’attendent à des moments difficiles. Mais après avoir côtoyé Gambsheim, Electricité de Strasbourg et Bischheim durant  le championnat, tout bascule dans les dernières rencontres. Alors que Gambsheim file vers une accession en DH promise et annoncée dans les DNA du week-end précédent, Sarre Union coiffe son malheureux adversaire sur le fil en profitant d’un exploit de Holtzheim. L’US Sarre Union accède à l’élite régionale, 10 ans après avoir quitté l’avant dernière série départementale, et réalise ainsi le pari engagé en 1993 à l’arrivée de Roudy Keller.

 

A l’issue de la saison 2000, Marc Séné prend du recul dans le monde associatif avec des ambitions municipales et  Roudy Keller, logiquement,  accède à la présidence.

 

Porté par la victoire et les montées successives de l’équipe fanion, cette première année de découverte de l’élite régionale débute par une victoire contre le grand favori Mars Bischheim. Le ton est donné et les locaux surprennent leurs adversaires. Avec un cœur gros comme çà, les locaux se font vite connaître et d’excellents résultats sont au rendez vous pour la première année. Malgré un passage à vide bien compréhensible, palliant les insuffisances techniques par un moral à toute épreuve, les locaux finissent sur le podium tandis que l’équipe B et l’équipe C montent d’un cran. Les équipes de jeunes, notamment les moins de 15, échouent de justesse devant Mutzig dans leur rencontre comptant pour l’accession en Division d’Honneur.

 

Après une deuxième année de présence en Division Honneur plus délicate, avec notamment un cycle aller laborieux, les locaux réagissent en début d’année et deviennent, sous la conduite de Patrick Ernwein, l’épouvantail du groupe pour finir dans le peloton de tête. L’équipe B, pour la seconde année consécutive, remporte le titre de champion de groupe et accède en Excellence B, l’équipe C accède en Division 1 et toutes les équipes de jeunes obtiennent des accessits, notamment les moins de 18 ans qui deviennent Champion du Bas Rhin.

 

Au départ de la saison 2002/2003, les objectifs du club sont ambitieux ( bien se comporter en championnat et en Coupe, notamment en Coupe de France ), l’accession en Pyramide A et la Coupe d’Alsace Bossue pour l’équipe B.

Très vite, le club allait se trouver dans la spirale du succès. Un calendrier défavorable en championnat, (beaucoup de rencontres à domicile reportées à cause  de la Coupe de France ),  met le club en position d’attente. En Coupe de France, pour la première participation du club au 7ème tour de la Coupe de France, c’est le prestigieux Stade de Reims qui se déplace à Sarre Union et, sous une pluie battante, 2000 personnes assistent à l’événement. C’est le déclic qui trouvera son prolongement en championnat. Au terme d’un cycle retour fulgurant, avec un soutien populaire de plus en plus prononcé (1000 personnes contre Reipertswiller battu 3 à 0 ),l’équipe obtient le ticket pour disputer le match de barrage d’accession contre Vervins, en Picardie. Nouveau challenge, nouvelle expédition. Et malgré les craintes face à un adversaire présentant des statistiques élogieuses, l’équipe fanion allait faire une démonstration de beau foot ball devant 800 spectateurs admiratifs, une centaine de supporters évidemment aux anges et l’emporter sur le score de 5 à 0, score qui sera confirmé lors du match retour où les locaux s’imposeront encore par 5 à 2. Les portes du Championnat de France s’ouvrent et le club allait côtoyer un autre monde, d’autres équipes, et allait devoir faire face à d’autres obligations. Fidèle à elle-même, l’équipe B tient ses objectifs en championnat, rate de peu la Coupe d’Alsace Bossue mais obtient la Coupe Casal Sport qui sacre la meilleure équipe B du département.

Pour les débuts en Championnat de France, les bleus de Sarre Union vont se comporter de façon tout à fait honorable pour devenir tout simplement pendant le cycle aller, le club phare du football alsacien. Du spectacle, des buts, il n’en faut pas plus pour faire converger à Sarre Union une foule de spectateurs (une moyenne de 600 spectateurs par match), venant de la grande région. Face à des équipes de grandes villes comme Macon, Chalon, Epinal ou Forbach, les bleus de Sarre Union font mieux que de se défendre et se font connaître dans toute l’Alsace du sport en général et du football en particulier. La victoire obtenue par les bleus dans l’antre des prestigieux Pierrots Vauban de Strasbourg met encore davantage en valeur l’équipe locale. A la fin du cycle aller, les locaux pointent à la 5ème place du classement, derrière Epinal, Forbach, Besançon et Dijon.  Cette ascension fulgurante oblige la Mairie de Sarre Union à revoir les installations du club devenues obsolètes puisque datant de 1976. Avec les travaux qui viennent de démarrer, le club pourra bénéficier, à partir de 2004, d’équipements permettant d’accueillir l’ensemble des équipes dans d’excellentes conditions. Le club doit toutefois déchanter durant les rencontres retour. En effet, malgré quelques prestations mémorables à domicile (Forbach 4-0 ou Vauban 4-1, le jour du 80e anniversaire du club, les locaux ne tiennent pas la distance dans ce championnat. Avec 67 points, soit à 1 point du 7e, les bleus jouent les barrages, s’inclinent aux penaltys à Vesoul, puis à domicile face à Nevers,  et réintègre le championnat d’Alsace. Dommage…


Cette relégation ne fait pas oublier les bonnes performances de l’ensemble du club. En effet, l’équipe B, dans son sillage, et pour sa première apparition dans le championnat Pyramide A Promotion, se classe second à l’issue du cycle aller pour finalement accéder à la Promotion d’Excellence. Du jamais vu ni au club, ni dans la région pour une équipe B.  Et dire qu’il y a quelques années, l’US Sarre Union se traînait dans la hiérarchie du football alsacien et rêvait de jouer à ce niveau avec son équipe fanion. L’équipe C, après un début difficile, trouve la bonne carburation et se classe en milieu de tableau en Division 1 Pyramide B. Enfin, la section des jeunes confirme que l’entente avec les clubs voisins est la bonne formule. Les moins de 18 sont à la lutte avec Schiltigheim et Obermodern pour la montée en Division Honneur, les moins de 15 et les moins de 13 tiennent parfaitement leur rang dans leur championnat respectif, au meilleur niveau départemental.  

Pour son retour dans le championnat d’Alsace, Roudy Keller rappelle Raphaël Machet pour tenter de remonter mais les locaux subissent la loi de Haguenau, autre relégué qui réussit à reprendre l’ascenseur, et de Geispolsheim. L’équipe B continue à étonner son petit monde et obtient un excellent classement pour sa première participation en Promotion Excellence puisqu’elle termine à la seconde place, synonyme d’accession en Excellence.

Nécessaire avec l’évolution du club, les travaux de rénovation des vestiaires du stade (qui datent de 25 ans) ont été menés à bien par la Ville de Sarre Union. Plus spacieux, plus nombreux et surtout plus fonctionnels, tous les utilisateurs du stade (associations locales ainsi que écoles, collège et lycées) disposent désormais un outil parfaitement adapté aux besoins des nombreux jeunes qui fréquentent le stade.

Dans la foulée, Marc Sené, Maire  de Sarre Union saisit l’opportunité qui se présente à lui en validant la participation de la Ville au programme des terrains synthétiques proposé par le Conseil Général et la LAFA .Cet investissement lui permettra de terminer enfin l’équipement complet du stade Omnisports par la suppression du terrain stabilisé tant décrié par tous.

Toujours placée, jamais gagnante, l’US Sarre Union doit laisser filer respectivement l’ASIM en 2005/2006, jouer un match de barrage à St Dizier qu’elle contrôle parfaitement jusqu’à la mi temps (nous menons 4-0), avant de s’écrouler en seconde période, puis de perdre aux tirs au but. L’équipe B obtient une belle 7e place en championnat d’Exellence, et gagne à nouveau la Coupe d’Alsace Bossue face à Drulingen sur le score de 1-0. L’équipe C réussit à monter enfin en Promotion,  rate de peu la finale départementale de la Coupe Casal Sport.

Avant le démarrage de la saison, le club a le plaisir de prendre possession du terrain synthétique. Véritable révolution culturelle à l’époque, cet équipement mis en place grâce à l’écoute de la Ville de Sarre Union, de la Ligue de Foot ball et du Conseil Général, permet ainsi au club de prendre réellement possession de l’environnement et met un terme définitif à l’utilisation du stade Axmatt, et de plusieurs terrains de la région.  Fin de saison, fin de cycle puisque Raphael Machet quitte sa fonction au sein du club, Patrick Ernwein, autre figure désormais légendaire du club tente sa chance à Montbronn.

 

Durant la saison 2006/2007, les moins de 18 ans accèdent en Excellence, l’équipe B remporte la Coupe d’Alsace Bossue face à Wingen sur Moder, et terminent 3e derrière Haguenau et Schirrhein, après avoir longtemps été leader de la poule. L’équipe fanion, qui enregistre l’arrivée de l’arrivée de Momo Ouaddah comme entraîneur, doit laisser filer Obernai vers le championnat de France. Encore barragiste, les bleus effectuent le lointain déplacement à Nevers,  s’inclinent 3-2  dans un match à leur portée et avant d’être accompagné par les forces de l’ordre….

L’équipe B s’attend à une saison difficile en Excellence. Mais déjouant tous les pronostics, les locaux réussissent à enchaîner les bons résultats qui leur permettent d’être dans le groupe de tête à la fin du cycle aller. Le cycle retour sera plus délicat, avec un effectif qui se réduit trop vite. Le maintien sera obtenu sans problème mais le cycle retour annonce déjà les difficultés futures de cette équipe trop jeune et trop inexpérimentée en fin de saison. L’équipe C, en Promotion, obtient une belle place sur le podium tandis que les équipes de jeunes se distinguent, notamment les moins de 18 en Coupe Gambardella.

La saison 2007/2008 sera la plus mauvaise du club depuis plus de 10 ans. Et pourtant, l’équipe fanion termine à la 5e place. C’est dire si le club a marqué de son empreinte le foot ball régional durant ces dernières années. Une gestion catastrophique de l’équipe B conduit celle-ci en Promotion d’Excellence, malgré le retour trop tardif de Mario Brossi. L’équipe C obtient une belle seconde place en Promotion tandis que les 18 ans sont encore à la lutte pour une accession en Division Honneur, mais sans succès.

Fin de saison, cette fois c’est la fin d’un cycle. Le club renouvelle l’essentiel de ses joueurs, change d’entraîneur avec l’arrivée de Olivier Froemer qui prend en charge l’équipe fanion, et le retour de Patrick Ernwein pour encadrer l’équipe B.

Changement de mentalité, envie de gagner, esprit d’équipe. Alors que le staff local est inquiet avant d’aborder le championnat, les deux équipes locales jouent …… et gagnent. D’abord sur le terrain, en faisant preuve de solidarité et sans se poser de question, puis en faisant revenir les supporters au stade. Dommage pour le 6e tour de Coupe de France face à Colmar, alors leader en CFA (perdu aux tirs au but). Alors que tout le monde s’attend à ce que les locaux ne faiblissent, ceux-ci terminent le cycle aller tambour battant en s’imposant à Biesheim, puis à Obernai, s’assurant ainsi du titre honorifique de champion d’automne. Reipertswiller, à deux points et Schiltigheim, à sept points complètent un podium très fragileoù tout reste possible.  Et puis, tout s’enchaîne pour le plus grand bonheur de Roudy Keller, de Laurent Irion,  de Olivier Froemer, l’entraîneur, et de l’ensemble du club.  Victoire face à Reipertswiller par 5-0 devant 1300 spectateurs, victoire face à Biesheim, plus personne ne résiste aux locaux et le jour du 85e anniversaire, après la partie officielle, les bleus dominent Obernai et deviennent champion d’Alsace. L’apothéose. En Promotion d’Excellence, les locaux font partie du groupe de tête et doivent composer avec Gambsheim, le favori, qui vient s’imposer à Sarre Union et l’ASI Avenir. Conduits par Patrick Ernwein, le groupe est solidaire et combatif. Il s’impose à Gambsheim, devient champion de groupe avant d’atomiser Gerstheim pour le titre de champion du Bas Rhin. Face à Burnhaupt, les locaux, à domicile, obtiennent un nouveau titre de champion d’Alsace, dix ans après l’avoir obtenu avec l’équipe fanion. En Coupe d’Alsace Bossue, les locaux obtiennent la cerise sur le gâteau en l’emportant devant Reipertswiller. L’équipe  C, après des difficultés en début de parcours, commence à redresser la tête et termine près du podium dans son championnat.  Les moins de 18, où plusieurs jeunes évoluent désormais en seniors, réussissent à se maintenir à leur niveau tout comme les moins de 15 et moins de 13, qui reviennent dans le championnat de Promotion. Toutefois, les problèmes demeurent pour ce qui concerne l’encadrement des équipes de jeunes. Peu d’éducateurs et de parents suivent les différentes équipes et la section de jeunes, longtemps citée comme exemple, commence à voir les premières difficultés de fonctionnement.

Ce sont des résultats exceptionnels qui viennent clôturer cette année du 85e anniversaire.

 

Fort de l’expérience acquise il y a 6 ans, l’US Sarre Union prépare cette nouvelle saison avec l’ambition d’obtenir le maintien. Un groupe jeune, globalement conservé, avec des joueurs prometteurs ayant un passé à l’étage supérieur qui arrive, pour obtenir un groupe de 38 joueurs. Tout se présente pour le mieux. Et puis, la réalité du terrain. Des erreurs de jeunesse, quelques erreurs individuelles, un manque de réalisme, des renforts trop inconstants, et les locaux réalisent un démarrage moyen. Match nul face à Jarville et Auxerre, alors que la victoire était à portée de bras, les locaux glissent vers le bas du tableau. Une seule victoire à domicile face à St Dié, autre compagnon d’infortune jusqu’à Noêl. Le staff fait grise mine mais réagit en renforçant progressivement l’équipe. Profitant de la longue trêve hivernale, le temps joue pour les bleus et lors de la première rencontre de reprise, le changement est perceptible. Du jeu, de la qualité, de l’envie, du spectacle. Malgré quelques ratés, notamment à Chaumont et Auxerre, les locaux redressent la tête, notamment grâce à une nouvelle victoire à Vauban, et un match référence contre Troyes, atomisé à domicile sur le score de 5-1. Besançon, Pontarlier, Thionville ne résistent pas, St Louis et St Dié sont contraints au match nul et les locaux retrouvent le milieu du classement dans ce championnat extrêmement serré où chaque point compte. La succession des rencontres due aux nombreux reports, met les organismes à rude épreuve. Olivier Froemer et Patrick Ernwein doivent composer ensemble pour obtenir les meilleurs résultats possibles car l’équipe B, en Excellence, joue les troubles fête après une entame difficile. En effet, les victoires à Mars Bischheim, à la FAIG lui permettent de s’installer près du podium. L’équipe C, en promotion, caracole en tête tout au long du championnat malgré un effectif jeune et réduit sous les ordres de JW Ercker. Par contre, nouvelle déception au niveau de la section des jeunes puisque celle-ci a de plus en plus de difficultés à tenir son rang et progressivement, les U19, les U17 lâchent prise par rapport à la hiérarchie départementale malgré la présence d’une section Sport Etudes au collège de Sarre Union.

Au début de la saison 2011-2011, l’objectif pour Roudy Keller est d’obtenir le maintien plus sereinement pour l’équipe fanion, et d’installer les 2 autres équipes dans leur championnat respectif, le tout avec un effectif de qualité mais limité en quantité suite à de nombreux départs à l’inter saison. Après un match d’ouverture prometteur, les bleus lâchent prise peu à peu avant de s’écrouler mentalement face au RC Strasbourg, le futur champion. Un mal pour un bien puisque, après quelques changements et l’arrivée d’un nouveau gardien, transfuge de l’AS Nancy Lorraine, (Yoann Lapeyre), les bleus redressent rapidement la barre. La défense devient une véritable muraille infranchissable, et après avoir stabilisé le secteur défensif, les bleus commencent à accumuler les bons résultats. D’abord des matchs nuls, surtout à domicile, puis des victoires, notamment à Dijon, St Louis, ASIM, Forbach et à Schiltigheim. Philippe Kein, capitaine, et Vianney Schermann, bien épaulé par l’ensemble du groupe, réussissent des gestes parfaits à des moments importants de chaque rencontre. La maîtrise collective de l’ensemble force le respect. Le championnat, très serré, trouve son dénouement dans les dernières journées. Malgré une défaite à domicile face à Forbach dans des conditions exceptionnelles (4 buts encaissés dont 2 buts gags), les locaux terminent à une formidable 3e place après un dernier déplacement victorieux à St Dié, devant une centaine de supporters. Dijon, en s’imposant à Jarville, obtient le ticket pour le CFA. Mais surprise, puisque 15 jours plus tard,  les Bourguignons renoncent et permettent ainsi aux locaux d’accéder au plus haut niveau national amateur. Après avoir dû batailler 5 années en DH pour pouvoir rejoindre le championnat de France, Olivier Froemer et ses joueurs réussissent à obtenir 2 accessions en 3 ans et seul le parcours en Coupe d’Alsace (défaite à Kronenbourg alors que la voie paraissait libre pour une belle finale) peut laisser des regrets.

L’équipe B connaît un début timide et un parcours en dents de scie, Patrick Ernwein devant toujours composer en fonction du groupe resté à sa disposition. Quelques belles victoires, à Schirrhein, face au CS Neuhof notamment, mais aussi quelques défaites inattendues obligent les bleus à rester vigilant jusqu’en fin de championnat. Le maintien est assuré à 3 journées de la fin, alors qu’en  Coupe d’Alsace Bossue, les bleus, tenants du trophée, se font éliminer en demi finale face à Drulingen.

L’équipe C découvre le championnat de Promotion d’Excellence B avec un effectif également limité. Avec souvent un gardien de fortune, les bleus du capitaine Becker réussissent toutefois à obtenir l’essentiel, c'est-à-dire le maintien, en remportant les rencontres importantes de fin de saison.

Chez les jeunes, en dehors des U15 qui remportent la Coupe d’Alsace Bossue et se signalent en Coupe d’Encouragement (1/2 finale face à l’AS Strasbourg), les résultats ne sont pas au rendez vous et le constat des années précédentes devient encore plus préoccupant malgré le renouvellement de plusieurs jeunes éducateurs. Après de nombreuses années de collaboration avec les clubs de la région, l’US Sarre Union décide de continuer seul et de restructurer l’ensemble. Un sacré pari pour les prochaines années.

Ainsi, en moins de 20 ans, l’US Sarre Union a franchi tous les paliers pour se retrouver au plus haut niveau amateur de France. Personne n’avait imaginé ce parcours, surtout pas Roudy Keller qui quitte la présidence à l’issue de la saison après avoir permis au club d’inscrire une page indélébile à son club.

 

Le premier à relever ce défi sera Laurent Weinstein, qui prend la succession de Roudy Keller. Déjà plus petit budget en CFA2, les locaux doivent relever les nombreux défis qui se présentent à eux, durant une inter saison riche mais forcément trop courte. Beaucoup de choses sont à revoir, l’organisation générale, la gestion des déplacements, le nombre de joueurs, l’encadrement technique, le staff médical, tout doit être redimensionné pour faire face à ses obligations de premier club du Bas Rhin, devant le RC Strasbourg, rélégué en CFA2.

Un réel engouement se créé autour du club qui bénéficie de plusieurs appuis de la part de nouveaux sponsors, mais qui également compter sur l’ensemble des membres du club et de nombreux bénévoles qui viennent renforcer ponctuellement l’organisation.

Si la première rencontre est attendue avec impatience et crainte, elle permet au nombreux public qui se déplace au stade de découvrir une qualité de jeu inconnue jusqu ‘alors. De bons résultats sont obtenus face à Yzeure, Belfort, une victoire est obtenue à Jura Sud, un match nul prometteur est arraché à Sochaux. Les locaux, en recevant Lyon Duchère ou le FC Metz, puis en se déplaçant à l’Olympique Lyon, peuvent constater une réelle différence de niveau et apprennent à chaque sortie. Face à un candidat à la montée, l’AS Valence, les locaux réalisent un premier exploit avant de se déplacer à Nancy et s’imposer nettement au stade Marcel Picot.

Malgré une fin de championnat difficile, avec un effectif limité tant en quantité qu’en qualité (le recrutement ayant été fait sur la base du CFA2), l’US Sarre Union se maintient en bénéficiant de circonstances favorables comme la descente administrative du RC Strasbourg en CFA2, qui limite le nombre de relégués. C’est Jura Sud qui termine dernier, mais qui sera repêché par la FFF.

Pour les autres équipes, les résultats sont prometteurs. En effet, l’équipe B, en Excellence, se positionne à la trêve tout près du podium et peut se mêler à la course pour la montée en Division d’Honneur, mais elle ne pourra se mêler à la course au titre en fin de saison.  L’équipe C, en Promotion d’Excellence, se classe 5e à quelques points du premier et peut également prétendre à mieux en cette seconde partie de championnat. Elle justifie effectue un beau parcours en début 2012 mais ne pourra accrocher l’accession en Division supérieure.

Enfin, la section des jeunes, animée par Dominique Weinstein et sous la direction technique de Charles Gachenot et de Yann Schneider, redresse nettement la tête et toutes les équipes se positionnent dans le haut de classement et aspirent à monter d’un échelon.

 

En ce début d’année 2012, tous les espoirs sont donc permis à l’US Sarre Union de maintenir son équipe fanion au plus haut niveau amateur national, de se mêler à la lutte pour les premières places pour les autres équipes seniors, alors que toute la section des jeunes réalise les efforts nécessaires pour accompagner les jeunes de Sarre Union et de sa région dans leur développement personnel.

La seconde année en CFA commence par un coup de semonce puisque la FFF déplace l’USSU dans le groupe A, et empêche le derby tant attendu avec le RC Strasbourg. Après quelques échanges Laurent Weinstein, Président, obtient satisfaction et les bleus démarrent un championnat compliqué avec pas moins de 5 descentes annoncées, compte tenu de la restructuration des compétitions. Si les premières rencontres sont très satisfaisantes (Match nul face à Lyon Duchère et à Belfort, mais surtout exploit face au FC Grenoble avec une victoire par 1-0), les bleus vont connaître un passage à vide durant l’automne qui les conduit à la dernière place du classement. Cette situation oblige Roudy Keller et Laurent Weinstein à prendre les mesures indispensables et modifient le groupe de joueurs à partir de fin décembre. Le 1 décembre, avec la venue historique pour un match de championnat du RC Strasbourg, les bleus réussissent l’impossible exploit et l’emporte sur un but de Oulhari en fin de rencontre, devant 1966 spectateurs payants. Si la saison est relancée, notamment par une seconde victoire à Auxerre, les bleus vont connaître un sérieux revers à Grenoble avant de réussir à stabiliser la défense, et à réussir une série de 9 matchs sans défaites. Beaucoup de matchs nuls, peu de victoires face à des concurrents directs et les bleus restent dans une situation difficile avant le déplacement au stade de la Meinau et une défaite au goût amer, avec des expulsions et des actions litigieuses au détriment des joueurs de Olivier Froemer. Les rencontres suivantes sont difficiles, avec un effectif réduit et une répétition de rencontres suite à une période hivernale rude, puisque les bleus s’inclinent à Raon l’Etape, le leader, et face à Auxerre, bien renforcé par le groupe professionnel. En remportant une victoire inattendue chez le FC Mulhouse, pourtant en lice pour la montée en National, puis un nouveau succès à domicile face à Belfort et Yzeure, les locaux se donnent le droit de rêver avant la rencontre décisive face à Maccabi Paris.

C’est une rencontre complètement folle à laquelle assistent 800 supporters. Menés au score (1-2) à la 88e de jeu, les locaux obtiennent tout d’abord une égalisation par Tergou sur une remise en touche exceptionnelle de Grosperrin. Et dans les arrêts de jeu, le même Grosperrin dépose un nouveau ballon sur la tête de Mounass qui envoie le Maccabi Paris en CFA2 et l’US Sarre Union aux portes d’un incroyable exploit, à savoir le maintien. Et ce maintien, les bleus vont l’obtenir lors d’un déplacement à Lyon Duchère, au cours d’une rencontre serrée, et au cours de laquelle les bleus ne craquent pas malgré l’enjeu. En l’emportant 3-2 au bout d’un incroyable suspens, les bleus terminent à la 12e place et s’assurent une nouvelle saison dans les 100 premiers clubs français. 

 

En Excellence, l’US Sarre Union confirme ses prétentions et se mêle à la lutte pour le titre. Après un parcours « aller » exemplaire, les bleus luttent avec plusieurs autres prétendants dont Obernai, Preuschdorf, Erstein et Oberlauterbach, qui constituera la dernière rencontre de l’année. Au terme de cette finale, l’US Sarre Union et l’USO Oberlauterbach obtiennent la montée en Division d’Honneur après une rencontre qui se termine sur le score de 4-4.

Du jamais vu pour un club rural en Alsace, encore moins en Alsace Bossue.

En Coupe de France, le club ne s’illustre guère, puisque les bleus sont éliminés par un FC Mulhouse en grande forme, avant de faire le choix de renoncer à la Coupe d’Alsace face à Vauban (défaite 10-1 avec l’équipe 3) pour privilégier l’opération maintien du club en CFA. Dans les coupes régionales, les bleus s’inclinent face à Reipertswiller, mais la Coupe d’Alsace Bossue reste un objectif majeur pour cette fin de saison.

L’équipe C n’atteint pas l’objectif initial, à savoir la montée en Excellence, malgré un bon parcours mais quelques rencontres mal négociées auront raison des ambitions locales.

Chez les jeunes, la restructuration entamée il y a maintenant 2 saisons porte ses fruits et l’ensemble des équipes obtient de bons résultats. Les U19P deviennent le réservoir de l’équipe B et C, et accèdent en Excellence, toutes les autres équipes sont en lutte pour la première place du groupe, notamment les U17P qui doivent reconnaître la supériorité de Dauendorf,  et les U15A en lutte avec Harskirchen, alors que les U13 et les U11 s’emparent du titre. 

Comme à son habitude, l’inter saison 2013-2014 a été intense à l’US Sarre Union. Olivier Froemer quitte le club qu’il a fait passer de la DH en CFA, et Bruno Paterno le remplace. Au niveau de l’effectif, beaucoup de mouvements car l’exploit des bleus pour obtenir le maintien n’est pas passé inaperçu et la plupart des joueurs décisifs ont eu des opportunités dans des clubs aux moyens plus importants que ceux des bleus. Peu importe. Le renouvellement de l’effectif sénior va permettre à l’entraîneur de créer un nouveau groupe, tout en s’appuyant sur les joueurs du cru que sont Schermann, Schneider, Rinié ou Tergou. Après une préparation à Butten, les bleus démarrent face à Moulins (qui fera une longue carrière en Coupe de France), en obtenant un match nul, puis se déplace à St Priest pour une première victoire. Le cycle aller, dans son ensemble, permet aux bleus sur la vague de l’an passé, notamment face au FC Mulhouse, puis face à Chasselay, où Ludovic Giuly démontre qu’il reste un grand « monsieur » du foot ball français. Quelques belles performances à l’extérieur sont à noter (victoire à Montceau) alors qu’en fin d’année, les bleus concèdent quelques buts en toute fin de rencontre qui coûtent très cher en points. Cela les empêche de se mettre à l’abri d’une mauvaise surprise en fin de saison dans ce championnat particulièrement difficile, comme le démontre l’excellent parcours en Coupe de France de Yzeure, Chasselay, Moulins et Villefranche entre autre. En Coupe de France justement, tous les espoirs sont permis mais les bleus quittent l’épreuve à la porte des 32e de finale en chutant à Pontarlier sur le score de 2-0, incapable de faire face à la détermination des locaux. Dommage.


En Division d’Honneur, les locaux, après un début de championnat assez compliqué, réagissent et obtiennent quelques résultats intéressants (victoire à Schiltigheim, match nul face au RC Strasbourg et au FC Mulhouse), qui leur permet de se placer au milieu de tableau à l’issue du cycle aller. En Promotion d’Excellence, les bleus ratent le coche et ne peuvent se m^ler à la course au titre qui pouvaient leur permettre de basculer en Pyramide A dans de meilleures conditions, mais pour l’instant, rien n’est joué. Chez les jeunes, notons l’excellent parcours de U19 en Excellence, des U15, des U13 et U11 en Promotion, tandis que la défaillance des U17 en Promotion remet en cause le statut de club fédéral, indispensable selon les directives de la FFF. Ce sera le gros chantier de l’année 2014, tandis que 2013 aura été celui la naissance d’une section féminine au sein du club.

La reprise en CFA début 2014 confirme les difficultés de l’équipe fanion et les bleus enregistrent une série négative, notamment face à Epinal, le leader et à Raon, avant de s’incliner à Chasselay et chuter lourdement face à Lyon Duchère. La côte d’alerte est atteinte et désormais les locaux vont devoir lutter contre le maintien. Avec talent et abnégation, nos joueurs vont réagir et vont réaliser une nouvelle belle série qui leur permet se classer 9e d'un championnat très relevé, validant leur ticket pour une nouvelle saison en CFA à quelques journées de la fin. La situation est identique en Division d’Honneur où les locaux obtiennent des matchs nuls méritoires face à Reipertswiller et à Bischheim, mais la situation reste délicate et le cycle retour est forcément très serré. Après avoir raté le coche face à Oberlauterbach, les bleus réalisent une fin de championnat exemplaire pour obtenir le maintien lors de la dernière journée face au FC Geispolsheim.  

En Promotion d’Excellence B, les locaux reprennent de fort belle manière, et avec le soutien des U19, se mêlent désormais à l’accession en Pyramide A, objectif de l’équipe pour cette fin de saison. Malheureusement, compte tenu d'un effectif limité, cet objectif ne sera pas atteint et cette équipe intégre pour la nouvelle saison la D3, en Pyramide A.

La palme revient cette saison également aux équipes de jeunes. L'ensemble de la section se distingue, à part les U17P, dont l'équipe doit s'arrêter en cours de saison. Les U15P sont champions et remportent la Coupe d'Encouragement, les U19E sont champions d'Alsace, mais ratent la Coupe d'Encouragement, les U11P remportent la Coupe d'Alsace Bossue et réalisent de belles performances en Coupe d'Encouragement après avoir brillé en championnat, tout comme les U13P, opposés à forte partie et qui obtiennent un bon classement, tandis que le feuilleton de la Coupe d'ALsace Bossue doit faire réfléchir.... dommage pour nos jeunes.  Enfin, mention spéciale pour la section féminines, qui, pour la première année, obtient des résultats satisfaisants, avec notamment une participation à la finale de la Coupe d'Alsace Bossue (défaite face à Wingen sur Moder).

Lorsque le club s’élance pour la 4e saison en CFA à l’automne 2014, l’USSU sait qu’elle va devoir faire le dos rond pour des raisons budgétaires, et parie sur un effectif faible mais de qualité. Autre nouveauté, les traditionnels déplacements en région lyonnaise sont remplacés par des expéditions en Ile de France, connu pour la qualité de ces équipes. Après une première défaite à Belfort, les bleus enchaînent les contreperformances à domicile (Match nul face à Sochaux et Viry, défaite face à Drancy sur des erreurs individuelles grossières) et lâchent des points à portée de main. Heureusement que la récolte est bonne à l’extérieur, ce qui permet aux bleus de Bruno Paterno de se situer en milieu de classement avant de connaître son traditionnel coup de moins bien durant l’automne, au moment d’entrer en lice en Coupe de France (0-1 à Vauban). En décembre, la situation des bleus se dégradent, et les locaux se retrouvent lanterne rouge, tout en obtenant une qualification historique pour les 32e de finale de la Coupe de France en s’imposant à Fleury Mérogis (0-1). S’appuyant sur cette rencontre référence, les bleus vont dès lors, avec un état d’esprit remarquable, faire front. Si la rencontre à Boulogne restera dans la mémoire des 200 supporters qui ont fait le déplacement, (défaite 5-4 dans des conditions dantesques) les bleus s’appuient également sur ce nouveau match référence pour retrouver des couleurs en championnat. Une première victoire à domicile face à St Etienne en janvier donne le ton et dès lors, les bleus sont lancés et, à part un exceptionnel Fleury Mérogis, mais aussi le leader et promu Belfort, tous les adversaires reconnaitront la supériorité des bleus qui obtiennent une 6e place au classement final. L’épine dorsale de l’équipe, avec Schneider et Dirand, bien épaulé par Moreira eet Schermann en défense, un milieu travailleur avec Riff, Zerbini, Lippmann et Hassidou, et une attaque de feu avec Dje, Hayef et Belktati, sans oublier les Tergou, Schwartz et le malheureux Gilles Meyer, gardien victime d’une rupture du tendon d’Achille à Raon ainsi que Jeff Mathis et Roland Christmann, le quadra obligé de faire des piges en fin de saison.

Malgré un nouvel échec en Coupe d’Alsace, face à Kronenbourg, notre bête noire, la saison est (encore une fois) exceptionnelle grâce à un groupe de joueurs de qualité et des supporters de plus en plus nombreux à suivre les bleus.

En DH, malgré un départ prometteur, les bleus, lâches trop rapidement prise. Avec un effectif de qualité, mais trop jeune et inexpérimenté, les hommes de Charles Gachenot quitte l »élite régionale mais remporte la Coupe du Crédit Mutuel. En D3, les bleus terminent à la 4e place tandis que la section des jeunes connait des résultats contrastés. Si les U18P réalisent un bon parcours, les U15 sont en difficulté en début de saison. Les U13 font une saison remarquable et remportent titre et coupe d’Alsace Bossue, se signalant également au niveau régional. Les U11 réalisent une très belle saison, remportent plusieurs tournois de renom, ainsi que la Coupe d’Alsace Bossue. La pré formation obtient de bons résultats qualitatifs, garantissant un effectif stable dans les effectifs pour les prochaines saisons, notamment par la mise en place de stage destinés aux jeunes durant les vacances scolaires. Enfin, les féminines, nouvellement créé, fait connaissance avec les réalités et les contraintes d’un championnat pour terminer honorablement la saison avec les 2 équipes.

Enfin, signalons l’autre évènement de la saison, à savoir l’organisation de la rencontre France – Allemagne en U17, confiée par la FFF à l’USSU. Beau geste de reconnaissance de la part des instances fédérales et de la LAFA envers notre club qui justifient ce jour là sa capacité à gérer les grands évènements sportifs de la région. Devant 2654 spectateurs, dont de nombreux jeunes, l’équipe de France s’incline devant les voisins allemands sur le score de 2-1.

Durant l’inter saison 2015, l’ USSU s’apprête à évoluer sereinement dans le championnat de France qu’elle cotoye désormais depuis 5 ans. Elle ne se doute pas, qu’elle va connaître une saison charnière qui va lui permettre de tutoyer les étoiles, avant de connaître une cruelle et terrible désillusion.

Au niveau du staff, Bruno Paterno quitte le club pour être remplacé par Eric Becker, le régional et transfuge de l’US Reipertswiller. Hassidou et Dirand sont partis, remplacés par Keita et plus tard par Benedick, du RC Strasbourg, qui vient se relancer à Sarre Union après avoir joué de malchance au Stade de Reims. Après les premières rencontres, le premier coup dur sera la grave blessure de Martial Riff. Après quelques journées, les bleus ne peuvent justifier les espoirs placés en eux et se retrouvent assez rapidement en difficulté au classement. Trop confiants, compte tenu des épilogues des saisons passées, l’USSU ne réagit pas, d’autant plus que les bleus renouvellent leur parcours en Coupe de France. Mieux, après avoir passé sans encombre les tours régionaux, ils éliminent Magny (DHR 57), puis Schirrhein (Excellence 67), avant le déplacement à Villefranche début janvier pour les 32e de finale. Soutenus par une centaine de supporters, les bleus font le travail, prennent leur revanche sur la rencontre de championnat où les Caladois l’avaient emporté à Sarre Union, et se qualifient pour un 16e de finale historique qu’ils disputeront quelques semaines plus tard, à domicile, face aux Chamois Niortais, sociétaires de Ligue 2.

Dans des conditions dantesques, notamment climatiques, avec une neige abondantes qu’il aura fallu dégagée avec l’aide d’une centaine de bénévoles, les bleus seront admirables de combativité. Tenant la dragée haute durant toute la partie, Vianney Schermann, sur un service de Benchenane, qualifie les bleus à la dernière minute de la rencontre et délivre les 3000 supporters accourus au stade malgré une température polaire (-5 ° au coup d’envoi).

Pour l’évènement qui allait suivre, tous les projecteurs des médias locaux, régionaux et nationaux se tournent vers Sarre Union. Un engouement indescriptible s’empare alors de la région. Une centaine de reporters de toute la France et de la proche Allemagne demandent des accréditations pour couvrir l’évènement qui aura finalement lieu à Sarre Union, après d’âpres négociations avec la FFF et la cpompréhension du FC Lorient.

Les billets s’arrachent comme des petits pains, il faudra 30 minutes pour écouler les 3000 billets. Un espace VIP avec 500 personnes installé dans l’espace couvert du tennis, le soutien des clubs comme l’ASI Avenir, l’AS Butten ou l’AS Sarrewerden et le Centre Socio Culturel ne sont pas de trop pour faire face à la demande.

Au coup d’envoi, se sont 5500 personnes qui seront présents au coup d’envoi et prêts pour l’évènement. Malgré une première période durant laquelle les bleus soutiennent la comparaison, ils ne pourront reproduire l’exploit et devront s’incliner sur le score de 4-0 face à un adversaire de qualité.

Après avoir cotoyé les étoiles, les bleus doivent en ce début 2016 réagir en championnat. Malgré des succès de prestige face au leader Lyon Duchère (1-0) ou face à l’Olympique Lyonnais (3-0), les bleus ne pourront éviter la relégation en CFA2. Cruelle désillusion pour l’ensemble du club et de ses nombreux supporters.

En Excellence, les bleus luttent pour la mmontée en DH jusque la dernière journée, mais c’est Schirrhein qui aura le dernier mot. En D3, les locaux ne peuvent se mêler à la course au titre et doiven se contenter d’une place au milieu de classement.
Chez les jeunes, les U18P se font coiffer sur le poteau par le SC Schiltigheim, les U15P réalisent un bon parcours et que les U13, pour leur première saison en Excellence, réussissent à obtenir un maintien sans frayeur. Si les U11P se signalent par de belles victoires, les féminines, quant à elles s’affirment et prennent une place de plus en plus importante dans le club. En effet, si les séniores réalisent une saison satisfaisante, les U18F sont prometteuses et obtiennent quelques beaux succès. De plus, la section féminine participe activement à la vie du club, tant pour la soirée Partenaires, mais aussi à l’occasion des matchs de Coupe de France face à Niort ou face à Lorient, où elles ont su être à la hauteur de l’évènement.

Ainsi s’achève une saison qui aura été riche en émotions de tout genre. En espérant que l’on puisse revoir, dans un proche avenir, ce niveau de foot ball qui aura fait vibrer toute une région pendant plusieurs saisons.

National 3, Régional 2, Coupe de France et Coupe d'Alsace.

Derniers inscrits au concours

Stéphane eyler
Inscrit depuis le 19/08/17
Benoit Raymond
Inscrit depuis le 19/08/17
Rémy Schmidt
Inscrit depuis le 18/08/17

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 1 Président
  • 7 Dirigeants
  • 2 Arbitres
  • 5 Joueurs
  • 81 Supporters