1 242 238 visites 20 visiteurs

Focus sur Farez Brahmia

16 août 2018 - 17:17

Désireux de se rapprocher de sa famille, Farez Brahmia a décidé de quitter le championnat National et Lyon - La Duchère pour s’engager en National 3, à Sarre-Union. Une destination tout sauf surprenante.
Le choix du cœur

À première vue, son choix a étonné. Après deux exercices réussis du côté de Lyon - La Duchère, au troisième échelon hexagonal, Farez Brahmia a rejoint l’US Sarre-Union, 7e du groupe Grand Est de National 3 la saison écoulée. Pour l’ancien du Racing, de Colmar et du FC Mulhouse, cette décision sonne comme une évidence.

« J’avais l’impression de louper énormément de choses avec ma fille »

« C’est une histoire de famille, éclaire l’attaquant de 28 ans. Ma fille est restée à Strasbourg. Quand j’étais à Lyon, je ne la voyais que les week-ends. Ça commençait à être pesant. Au bout d’un moment, il faut mettre sa carrière personnelle et professionnelle de côté pour passer plus de temps avec sa famille. »

Malgré un entraîneur (Karim Mokeddem) très conciliant – « Il me laissait souvent plus de jours de libre pour que je reste plus de temps avec elle » –, l’éloignement a fini par être trop pesant.

« J’avais l’impression de louper énormément de choses avec ma fille, continue Farez Brahmia. Elle a déjà cinq ans, elle va au CP en septembre. Il faut que je sois près d’elle au quotidien. C’est ça qui m’a poussé à descendre de deux niveaux et à venir ici. »

À peine sa décision de quitter Lyon entérinée, une flopée d’écuries se sont mises sur les rangs de l’attaquant. « Sur le site officiel de Lyon, dès qu’ils ont dit que je partais, j’ai tout de suite eu des propositions de clubs de National et de National 2 dans le sud ».

Au bout du compte, le joli coup a été réalisé par l’US Sarre-Union. Là encore, tout sauf une surprise. « J’avais dit à Roudy Keller (le directeur sportif de l’USSU) que si je revenais un jour dans la région, je travaillerais avec lui, indique le natif de Saint-Louis. Il a été derrière moi depuis plusieurs années, depuis que j’ai été professionnel au Racing en fait. Chaque saison, que cela soit à Mulhouse, à Colmar et même à Lyon, on s’appelait et on s’écrivait souvent. J’ai une bonne relation avec lui, c’est une bonne personne. Ça s’est donc fait naturellement. »

Farez Brahmia déboule en Alsace Bossue avec une solide expérience accumulée sur les terrains du National et du National  2 (trois saisons au FCM de 2013 à 2016), mais aussi de L2 (une saison avec le Racing en 2009-2010). Mais il ne compte pas tout révolutionner.

« Le CV, ça ne fait pas tout, explique-t-il. Ce n’est pas parce que je viens d’au-dessus que je vais tout apporter. J’ai été arrêté en fin de saison dernière, je reviens d’une longue blessure (entorse du ligament du genou) de trois mois et demi. Je monte doucement en régime. Je ne me mets pas trop de pression. »

« Je veux bâtir quelque chose de bien avec le club »

Stéphane Léoni, le nouvel entraîneur sarre-unionnais, va aussi disposer d’un joueur polyvalent. « J’ai joué à énormément de postes. À Colmar, j’ai été milieu relayeur. À la Duchère, j’ai joué avant-centre pour la première fois. À Strasbourg et à Mulhouse, j’ai évolué sur un côté. Je peux jouer à tous les postes de l’attaque. Stéphane sait qu’il peut m’utiliser partout. »

Partout et pendant longtemps ? « Venir ici fait partie d’un projet sur le long terme, confirme Farez Brahmia. J’ai beaucoup parlé avec Roudy. Je ne suis pas venu pour faire de la figuration, ni pour faire un an et ensuite repartir. Je veux bâtir quelque chose de bien avec le club et gravir les échelons. »

Avec un bâtisseur au grand cœur comme Farez Brahmia, l’USSU peut, après deux saisons mitigées, envisager sa reconstruction avec la plus grande des sérénités.

Source DNA.fr

Voir également

Commentaires

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 2 Présidents
  • 8 Dirigeants
  • 1 Entraîneur
  • 4 Arbitres
  • 8 Joueurs
  • 102 Supporters