1 295 771 visites 13 visiteurs

Focus sur Chadli Amri

28 novembre 2018 - 12:00

Il a évolué dans le monde pro durant près d’une décennie et a eu le privilège de porter le maillot de la sélection nationale algérienne. À bientôt 34 ans, Chadli Amri fait aujourd’hui les beaux jours de l’USSU.
Les crochets de Chadli

Dimanche dernier, Chadli Amri et Sarre-Union ont disputé le 3e tour de la Coupe du Grand Est sur le terrain de l’Entente Molsheim/Ernolsheim (4-2). Le milieu de terrain a été l’un des seuls du groupe de l’équipe “une”, avec Vincent Bauer et Adel Guendez, à prendre part à la rencontre.

Son but, inscrit dès la première minute de jeu, n’aura pas suffi à éviter l’élimination. Déjà buteur une semaine auparavant lors de la victoire à Saint-Louis/Neuweg (2-1) en National 3, le Franco-Algérien a néanmoins confirmé qu’il était bel et bien de retour aux affaires, après une entame sinusoïdale liée à des pépins physiques.

« En début de saison, je sortais d’une blessure contractée lors du dernier match avec Differdange, rappelle la dernière recrue de l’été. Après, il y a eu les vacances et le mois de ramadan où je n’ai pas forcé. Je suis arrivé à Sarre-Union et j’étais un peu à court de rythme. Il faut aussi dire qu’à un certain âge, on ne récupère plus aussi vite. J’ai rapidement eu une blessure à la cuisse, j’ai rejoué puis je me suis de nouveau fait mal. Maintenant, ça va ! »

Durant ses apparitions, le trentenaire a déjà fait valoir ses nombreuses qualités dont la vision et l’intelligence de jeu, assorties d’une patte droite soyeuse.

Des dispositions notamment forgées sur les terrains de Bundesliga, à Mayence surtout (2006-2010) puis à Kaiserslautern (2010-2013).

Il a croisé la route de Messi et de Ronaldinho

« L’Allemagne, c’était top, souligne Chadli Amri, sous les ordres d’un certain Jürgen Klopp durant ses deux premières saisons à Mayence. L’engouement des supporters, dans les stades… C’est tout le temps plein, même en Bundesliga 2. »

Le Mosellan a d’ailleurs pris cette ambiance en pleine figure. « J’ai disputé mon premier match avec Mayence à Dortmund. C’était le deuxième match de championnat. J’étais suspendu lors du premier car j’avais pris un carton rouge en fin de saison précédente avec Sarrebruck. Un an avant, je jouais devant 200-300 spectateurs avec la réserve de Sarrebruck, là, je me retrouvais devant 77 000 spectateurs. »

Une vilaine blessure met fin à sa belle aventure allemande

Chadli Amri s’approprie très vite ce nouvel environnement et ses bonnes prestations sont récompensées d’une première convocation en équipe nationale d’Algérie. « J’ai connu une quinzaine de sélections, indique-t-il. Ça reste de très bons souvenirs. »

Le “Fennec” affrontera notamment le Brésil de Ronaldinho et l’Argentine de Lionel Messi en match amical.

Fin 2011, Chadli Amri, en manque de temps de jeu, est prêté par Kaiserslautern au FSV Francfort (Bundesliga 2). Début 2012, c’est la tuile : il se fracture le tibia-péroné. « Je n’ai presque pas joué pendant un an et demi. »

En 2013, le milieu offensif rejoint le MC Oran (Algérie) où l’expérience tourne court. « Ça manquait de professionnalisme. » En 2015, Chadli Amri rebondit finalement en quatrième division allemande, au FC Hombourg.

« Je sortais de deux saisons et demie où je n’avais quasiment pas joué. C’était compliqué de retrouver un club de deuxième division et en plus, j’avais déjà plus de trente ans. »

Ce qui ne l’empêchera d’effectuer un détour par la D1 luxembourgeoise et Differdange la saison passée. « J’ai joué environ dix ans en professionnel et je garde de très bons souvenirs. Mais je retiens plus le côté humain, les rencontres que j’ai pu faire. C’est une vie compressée avec des moments très intenses où tu croises beaucoup de gens. »

Compétiteur dans l’âme, Chadli Amri n’a pas encore envie de décompresser.

Source DNA.fr

Voir également

Commentaires

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 2 Présidents
  • 8 Dirigeants
  • 1 Entraîneur
  • 4 Arbitres
  • 8 Joueurs
  • 103 Supporters