1 334 852 visites 14 visiteurs

Retour sur la victoire face à la réserve de Nancy

19 décembre 2018 - 09:50

Samedi face à Nancy II, Vianney Schermann a inscrit son premier but de la saison en championnat. Une récompense pour cet infatigable travailleur, garant de l’esprit “bossu”.
Schermann, l’omniprésent

Cet été, il a entamé sa douzième saison à Sarre-Union. Fort logiquement, Vianney Schermann affiche la plus belle longévité au sein du club d’Alsace Bossue. Alors forcément, il est plutôt bien placé pour analyser la première partie de saison de son équipe, invaincue au terme de la phase aller.

« Depuis que je suis à Sarre-Union, je n’ai jamais aligné autant de matches sans perdre, indique le joueur de 31 ans. Puis en Coupe de France, on n’a perdu qu’aux penalties (1-1 ap, 1-4 tab au 4e tour à Reipertswiller). C’est mérité car on a beaucoup travaillé depuis le début de la saison. Finir champion d’automne, c’est peut-être un titre comme ça, mais ça nous fait beaucoup bien. »

Samedi face aux doublures nancéiennes, l’enfant d’Hommert a également été récompensé de ses nombreux efforts et raids sur son côté droit. Après un échange avec son capitaine Martial Riff, Vianney Schermann est venu tromper Simon Ternynck pour mettre sa formation sur orbite. « Ce but, je l’attendais, souffle-t-il. Cette année, ça ne marche pas forcément comme les précédentes où je marquais plus souvent. Mais je ne me suis jamais inquiété. »

La saison passée, à pareille époque, il culminait déjà à sept buts, inscrits en neuf rencontres. Mais avec les défections successives pour blessures des latéraux Mathieu Roger et Mathieu Crouzat (toujours sur le flanc), le trentenaire a souvent dû redescendre d’un cran, rendant son efficacité moindre. « Que ça soit au poste de latéral ou à celui de milieu droit, je me sens bien, concède Vianney Schermann. Là où le coach me dit de jouer, je jouerai. Je n’ai pas de problèmes avec ces postes-là. »

Du mouron, le Mosellan d’origine ne s’en est pas fait lorsque le président Rudy Scheuer a décidé de jeter l’éponge à la mi-septembre. « Nous, on se concentre sur le terrain et on essaye de faire ce qu’il faut. Ce qu’il se passe en interne, ça ne nous regarde pas forcément. Des gens sont là pour réorganiser des choses, nous, on est là pour travailler. »

« Le championnat est encore long »

Au regard de son parcours actuel, l’USSU s’est peut-être servie de ces événements pour se blinder. Aujourd’hui, elle n’en ressort que plus forte. De là à viser la montée en National 2 ? « On verra, le championnat est encore long, tempère Vianney Schermann. Il y a une deuxième partie de saison et ça peut tourner très vite. On n’y pense pas. »

Samedi, les Sarre-Unionnais n’avaient qu’une seule chose en tête : savourer leur place de leader au côté de leur fidèle public.

Source DNA.fr

Commentaires

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 2 Présidents
  • 8 Dirigeants
  • 1 Entraîneur
  • 4 Arbitres
  • 8 Joueurs
  • 104 Supporters