17 février 2024 à 09:28

Revue de presse avant le déplacement à Troyes

Sur une série de cinq matches sans victoire en championnat, l’US Sarre-Union se déplace, ce dimanche 18 février (15 h) sur le terrain de la réserve de Troyes. L’entraîneur bas-rhinois Arnaud Bey appelle ses hommes à une prise de conscience et un état d’esprit différent.
 À Troyes, l’US Sarre-Union doit sortir de sa réserve

En cinq mois de compétition, personne n’était reparti vainqueur du stade omnisports de Sarre-Union. Seuls les Doubiens de Pontarlier l’avaient quitté avec un grand sourire à la suite de leur qualification pour les 32es de finale de la Coupe de France. C’était au mois de décembre et les deux équipes avaient dû en découdre lors des tirs au but. Sur une série de trois matches sans victoire en N3 (un nul, deux défaites), les Sarre-Unionnais espéraient profiter de leurs deux réceptions successives pour repartir de l’avant.

Un secteur offensif déplumé

Las, l’US Thionville Lusitanos et dernièrement l’AS Prix-lès-Mézières sont toutes deux reparties avec le pactole, faisant reculer l’USSU à la dixième place, avec seulement deux points d’avance sur le premier relégable belfortain.

« Ce sont deux défaites sur le plus petit des scores (0-1), mais au final, il y a zéro point, atteste le technicien Arnaud Bey. Ça nous met dans le dur sur ce début de deuxième partie de saison. » Pour ne rien arranger, les Bleus devront se passer de leur attaquant Gédéon Mulenda – en plus de son compère Robert Aroustanov (fracture de la malléole) – pour quelques matches, suite à son expulsion contre les Ardennais. « C’est un match qu’on s’est rendu compliqué », estime le coach, pas forcément d’accord avec la décision de l’arbitre de siffler un penalty aux visiteurs. « La faute n’est pas sûre d’être dans la surface, mais peu importe », souffle-t-il avant d’assurer : « Il ne faut pas se cacher derrière la malchance ou le manque de réussite, celle-ci nous sourit quand on la provoque. Il faut qu’on revienne à des bases saines et qu’on sorte de notre zone de confort. »

Un déplacement dans l’Aube pour y affronter la réserve de Troyes n’est pas forcément le meilleur endroit pour se relancer.

Les jeunes Troyens, entraînés par l’ancien professionnel Alou Diarra, surfent sur une série de trois victoires de suite : 2-0 contre le FCOSK 06, 4-1 contre Thionville et 3-0 chez le voisin de la Métropole troyenne.

Au classement, ils pointent au quatrième rang avec seulement trois unités de plus – et un match en moins – que Sarre-Union.

Jouer une réserve, ce n’est jamais simple.

Arnaud Bey, entraîneur de l’USSU

« Jouer une réserve, ce n’est jamais simple, en convient Arnaud Bey. En plus, on joue le dimanche, donc il y aura forcément des retombées du dessus [de l’équipe première qui évolue en L2, ndlr]. » Et l’Estac n’aura peut-être pas oublié le cinglant 5-1 enregistré en Alsace Bossue le 23 septembre dernier.

Depuis cette semaine à l’entraînement, le technicien a tenté de provoquer une sorte d’électrochoc. « Quand on voit la mi-temps qu’on est capables de faire à 10 contre 11 (contre Prix-lès-Mézières), il faut aussi savoir la faire à 11 contre 11, souligne-t-il. Il faut aussi prendre conscience qu’on est en mode “maintien” et que la zone rouge se rapproche dangereusement. » Pour ne pas noircir le tableau, on observe aussi que l’USSU ne pointe qu’à trois longueurs du troisième, Thaon. Preuve que tout peut aller vite dans un sens comme dans l’autre.

Source DNA.fr

Commentaires

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 2 Présidents
  • 8 Dirigeants
  • 1 Entraîneur
  • 4 Arbitres
  • 14 Joueurs
  • 128 Supporters